Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, les deux anciens dirigeants de la Côte d’Ivoire qui séjournent depuis quelques années à la CPI seront situés sur leur sort le mardi prochain. Les juges de cette Cour internationale statueront sur leur mise en liberté provisoire ou non. Le mardi 15 janvier prochain, l’ancien Chef d’Etat Ivoirien et son co-accusé auront une idée plus ou moins claire de leur situation. Les juges de la Cour Pénale Internationale statueront en effet sur leur mise en liberté provisoire ou non et donneront également une suite au jugement d’acquittement « portant sur toutes les charges ».

Pendant ce procès, les avocats de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé ont longuement émis des doutes sur la fiabilité des preuves brandies par l’accusation qui avait fait défiler à la barre 82 témoins. Ils estiment qu’elles sont basées sur des rumeurs.

Ce procès qui a été lancé depuis bientôt 3 ans pourra peut-être connaître son épilogue si la décision rendue était en la faveur de ces deux personnalités ivoiriennes poursuivies pour crimes contre l’humanité dans le cadre des violences post-électorales de 2010-2011.

De probables réactions si leur libération était effective

Si le mardi prochain, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé étaient effectivement libérés, on peut s’attendre à beaucoup d’émotions. Il y a quelques semaines, la fausse alerte lancée par Simone Gbagbo sur la libération de son époux avait fait descendre dans les rues d’Abidjan certains partisans restés fidèles à l’ancien Chef d’Etat. Ils auront également à faire face à l’opposition du Collectif des Victimes de la Côte d’Ivoire. Ils ont par une déclaration rendue publique annoncé qu’ils manifesteront contre leur mise en liberté. Car selon eux, les deux accusés sont bel et bien coupables des faits qui leur sont reprochés.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire