Lors des derniers rassemblements des gilets jaunes, des journalistes ont subi le courroux des manifestants. Sur Twitter, une ancienne ministre a fait des déclarations qui peuvent donner tord aux journalistes.Il faut dire que les gilets jaunes reprochent aux journalistes de divulguer certaines informations mensongères à l’égard du mouvement. Lors de l’acte 9 de la mobilisation citoyenne, plusieurs journalistes ont été pris à partie par les contestataires.

Une vidéo diffusée sur internet montre une équipe de journalistes accompagnés d’agents de sécurité se faire rouer de coups alors qu’ils étaient au sol. A Paris, le même genre de scène a pu être constaté. Les premières autorités françaises se sont insurgées contre les violences faites aux journalistes. Ils ont dénoncé avec énergies ces actes.

“Ils ont donné une tribune à l’édification de la violence”

l’ancienne ministre et aujourd’hui avocate Noëlle Lenoir a indiqué dans un tweet que les journalistes sont en partie responsables des violences qu’ils subissent: ” Ils ont donné à longueur d’antenne une tribune à l’édification de la violence, de la provocation au meurtre, de l’insulte et de la bêtise” écrira madame Lenoir. Face aux interrogations qui ont fusé après ces déclarations, l’ancienne ministre a tenu à mettre les choses au clair. Elle dénonce les violences mais estime que si les journalistes avaient rapporté les informations justes sur le mouvement, ils n’allaient pas être pris pour cible. Elle ajoutera qu’il est temps ” que les patrons des radio et TV se réunissent pour une sortie de crise à la hauteur de la situation, ou qu’ils ne s’étonnent pas d’être l’arroseur arrosé et premiers touchés par violences radicales.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire