Toujours derrière les barreaux après un premier verdict en leur faveur, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé attendent désormais que la Cour d’appel, saisie par le Bureau du procureur, ne se prononce quant à leur sort. D’ici le 1er février prochain, les deux accusés sauront de manière officielle s’ils seront maintenus en détention, s’ils seront libérés de manière provisoire ou si la CPI abandonne toutes les charges à leur encontre.

L’avocate des victimes, actuellement à Abidjan

Une situation qui semble tendre l’accusation. En effet, l’avocate des victimes des violences survenues en marge des élections de 2011 en Côte d’Ivoire, Mme Paolina Massidda a d’ailleurs décidé de se tourner vers une toute nouvelle stratégie, celle de la proximité avec le peuple concerné. Résultat, celle-ci s’est rendue du côté d’Abidjan ou elle tiendra une conférence de presse le 23 janvier prochain.

Accentuer la pression sur les accusés

À cette occasion, elle pourra expliquer aux journalistes présents sur place et aux citoyens ivoiriens, le fonctionnement du procès actuellement en cours, les revendications des plaignants, mais surtout, le droit des victimes qu’elle représente. Enfin, il est fort probable que le thème de l’après-procès soit lui aussi abordé. Une manière pour elle de renouer le contact avec la population qui, près de 9 ans après les faits, se trouve peut-être un peu éloignée du procès en cours. Une manière également d’accentuer la pression populaire sur les accusés.

Difficile toutefois de mesurer l’impact d’une telle stratégie et surtout, les conséquences que celle-ci peut avoir. Si les juges ne devaient, en aucun cas, se laisser influencer, il y a fort à parier qu’une opinion clairement défavorable à Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pourrait les pousser à revoir leurs plans concernant l’après de cette affaire judiciaire.

8 Commentaires

  1. Il faut les garder un peu afin de négocier une sortie pour les intérêts français en Côte d’Ivoire 😉
    Car il me semble que le ciel s’assombri pour la France avec ces deux liberations. Au cas que Gbagbo refuserait l’offre, ils vont certainement pensé à son assassinat ainsi que celui de son fidèle compagnon. Alors, Africains, il faut garder les yeux ouverts et arracher ce qui est à nous avec rage et sans état d’âme.

  2. C’est écrit dans le coran et la bible le pardon entre nous et de l’amour. Si Dieu ne nous pardon pas le monde n’allait pas existé, Mandela à pardonner, kagame a pardonner ,Elein jhonson a pardonner et pourquoi pas Alassan wattara pour aboutir à la réconciliation. Vive la réconciliation et à bas la haine.

  3. J’espère que les GOR ( gbagbo ou rien ) seront aussi présents , et je vois agadjavi détaler du coin pour ne pas recevoir des chaises volantes sur son petit crâne chauve

  4. Voila une avocate transformee en substitut du procureur…
    On est curieux de savoir qui paie ses honoraires, certainement pas les dioulas d’Abobo…

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom