Nicolas Maduro a du souci à se faire. En effet, celui qui se présente comme étant le président officiel du Venezuela doit désormais faire face à une opposition de plus en plus accrue. Récemment, vingt-sept militaires ont d’ailleurs réalisé une vidéo au cours de laquelle ils assuraient ne pas reconnaître la légitimité de Maduro. Ces derniers appelaient d’ailleurs la population civile à les suivre dans cette démarche.

Une marche de l’opposition, attendue ce mercredi

Depuis, ces hommes ont tous été arrêtés. Une décision prise de la part du pouvoir, qui intervient deux jours seulement d’une grande marche d’opposition visant à demander à ce qu’un gouvernement de transition soit mis en place au plus vite. Afin de justifier ces arrestations, l’exécutif a assuré que ces vingt-sept soldats ont dérobé plusieurs armes de guerre dans un poste militaire situé à Petare, dans l’est du pays, en vue de préparer une insurrection. Ce serait à ce moment-là que ceux qui sont désormais pointés du doigt comme étant des « insurgés » auraient filmé la fameuse vidéo. « Nous sommes des soldats professionnels de la Garde nationale opposés à ce régime que nous désavouons complètement » expliquaient-ils ainsi, avant d’appeler les citoyens vénézuéliens à une rébellion massive visant à faire partir Maduro.

Ce mercredi, une grande marche aura d’ailleurs lieu, marche organisée par l’opposition. Parmi les revendications des manifestants, la mise en place d’un gouvernement de transition ainsi que l’organisation d’élections libres. Investi le 10 janvier dernier pour un second mandat, Maduro est, depuis, critiqué de toutes parts. Majoritaire au parlement, l’opposition a d’ailleurs déclaré ce second mandat comme étant illégitime, malheureusement cet organe institutionnel ne dispose plus de grands pouvoirs. À ce titre, ils devraient être des milliers à se donner rendez-vous dans les rues. Les dernières manifestations du genre remontent quant à elles, à 2017 et avaient fait 125 morts.

Un soulèvement qui peut en cacher un autre

De plus en plus critiqué par les Vénézuéliens, qui n’hésitent plus à se montrer, pointé du doigt par la communauté internationale qui, là encore, se refuse à reconnaître son élection, Nicolas Maduro est dans le creux de la vague, ce début de rébellion pouvant en cacher une plus importante encore. D’ailleurs, les militaires arrêtés bénéficient d’un soutien populaire important, de nombreux civils ayant décidé de les appuyer en se rendant tout près de l’endroit où ils étaient désormais emprisonnés. Casseroles, poubelles, cris, blocages, des centaines de personnes ont fait tout ce qui était en leur pouvoir afin de rendre la vie dure aux forces de police et aux militaires les gardant derrière les barreaux.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour le “celui qui se présente comme le président officiel” du Venezuela qui a été élu au suffrage universel… Je doute que ce soit la communauté “internationale” partisane de l’extrême droite sud-américain et des grands propriétaires qui se sont faits rabaisser par la politique de nationalisation partage des richesses des richesses de Chavez puis Maduro soit celle habilitée à désigner le président d’un pays souverain… Les attentats contre les civils et les attaques de convois policiers commis par les dits extrémistes ne reçoivent pas de publicité sur LNT… Je vous conseille un tour sur réseau international… J’oubliais les contestations gilets-jaunesques hebdomadaires ,les violences policières, les casses et tout le tintouin qui ne remettent pas en cause la légitimité de Macron… Beau traitement de l’information…

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom