En France, cette année, il y aura de gros changements dans le domaine de l’immobilier. Les français qui investissent dans ce domaine devront désormais prendre en considération le nouveau découpage des zones Pinel en 2019. Ce dispositif qui vient en aide aux français qui désirent investir dans l’immobilier et qui est entré en vigueur le 1er janvier 2015 après le vote de la loi de finances 2015 sous l’impulsion de la ministre Sylvia Pinel (à l’époque ministre du Logement) connaît de nombreux changements en 2019.

Le dispositif mis en place permettait de soulager les investisseurs dans l’immobilier. Le principe était tout simple. Les personnes qui mettaient en location des biens immobiliers qui leur appartenaient, payaient moins d’impôts en contrepartie selon les conditions de la location. Il fallait pour cela que le bien immobilier se situe dans une zone pinel pour obtenir des réductions d’impôts conformément la loi. Précisons que ces réductions n’étaient pas négligeables. Elles permettaient d’obtenir des réductions d’impôts allant parfois jusqu’à 21% pour de longues durées de location mais aussi d’autres types avantages assez intéressants.

Des zones exclues

Depuis le 31 janvier dernier, de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur. Selon des sources concordantes, Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires a fait l’option de rebattre les cartes sans vraiment agir sur le concept de zonage (A,B,C) tel qu’il était connu. Seulement, cette année des régions ne vont plus profiter de la défiscalisation reconnu par la loi Pinel. Par exemple, les communes de la zone B2 et C ne seront plus éligibles au dispositif Pinel.Par contre, les zones A bis, A et B1 vont encore profiter du dispositif pour quelques mois encore. Ceci, jusqu’à fin 2021 plus précisément le 31 Décembre de cette année-là.

Des effets néfastes

A en croire le gouvernement, la révision du zonage Pinel doit permettre une meilleure adaptation des différents dispositifs existant sur le marché immobilier actuel“. Des observateurs avertis estiment que les nouvelles dispositions risquent de terriblement affecté le secteur et entraîné la baisse des constructions de nouveaux logements particuliers. Des voix s’élèvent déjà comme on peut bien s’imaginer dans certaines régions qui ne sont plus couvertes par la loi Pinel 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire