Très attendue par les médias, la sortie de prison de Carlos Ghosn constituait un véritable événement au Japon. Malheureusement pour l’homme d’affaires, s’il rêvait de s’éclipser dans la discrétion, ce dernier s’est totalement manqué, la faute à un stratagème plutôt douteux. En effet, ce dernier s’est déguisé en ouvrier afin de tromper toutes les personnes qui souhaitaient le filmer ou le photographier.

Loading...

Bien évidemment, la supercherie n’a pas fonctionné une seule seconde et, très vite, Ghosn sera reconnu. De nombreuses photos seront alors prises et celles-ci feront le tour des médias nationaux. Un échec retentissant pour ses avocats qui estiment d’ailleurs que c’est toute son image qui en pâtira. Masque sur les yeux, uniforme d’ouvrier de voirie, casquette bleue vissée sur la tête, Carlos Ghosn a été moquée par l’archipel tout entier, devenant la risée des médias.

Takashi Takano reconnaît son erreur et assume ses conséquences

L’idée de cette sortie déguisée, est venue de Takashi Takano, l’un de ses avocats. Dans un billet de blog, ce dernier assure que l’objectif ici n’était en fait que de détourner l’attention des médias afin que les journalistes ne le suivent as jusqu’à son nouveau domicile. « C’est moi qui ai planifié et mis au point ce déguisement », a-t-il ainsi reconnu, avant de continuer, « À cause de ce plan d’amateur, la réputation que M. Ghosn a bâtie tout au long de sa vie se retrouve ternie ». Il faut dire qu’il semblait pratiquement impossible que Ghosn ne se fasse pas remarquer, lui qui était attendu par des centaines de journalistes, des hélicoptères, des personnes montées sur des grues, et même des échafaudages.

Ghosn, des conditions relativement strictes

Suivi, Ghosn se rendra finalement dans le cabinet de Me Takano, avant d’en ressortir quelques heures plus tard, dans un véhicule loué pour l’occasion avant de se diriger vers son nouveau lieu de résidence. La maison où il séjourne a été placée sous très haute surveillance, Carlos Ghosn étant soumis à des conditions de liberté conditionnelle, très stricte. Son domicile est par exemple filmé à longueur de temps, l’idée étant de suivre ses entrées-sorties. En outre, il n’aura pas le droit de quitter le Japon et n’a as d’accès à internet. Une arrivée en fanfare, vite éclipsée par des retrouvailles familiales qui ont certainement dû lui faire beaucoup de bien.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom