Une information qui a vite fait le tour du monde. En effet, c’est hier qu’un Boeing 737 MAX 8 s’est écrasé en Éthiopie avec 157 passagers à son bord. Toutes sont décédées des suites de ce terrible crash. Un incident qui intervient quelques mois après l’accident d’un premier Boeing 737 MAX 8, en mer de Java, en Indonésie. À l’époque, 189 personnes étaient décédées.

Une comparaison qui saute aux yeux. Interrogé à ce sujet, un expert en aéronautique ayant requis l’anonymat a d’ailleurs assuré que le parallèle était flagrant. Selon lui, comme pour le crash de l’avion Lion Air, quelques minutes après le décollage, les pilotes ont émis des messages de détresse, assurant être en difficulté. Quelques instants plus tard, la perte de l’avion était alors avérée. « Il est difficile de dire que cela ne ressemble pas au premier accident » concède-t-il. Un constat partagé par les autorités éthiopiennes et chinoises qui, toutes deux, ont annoncé l’immobilisation sur le champ de tous leurs appareils Boeing 737 MAX.

La Chine annonce une mesure forte

Une information confirmée par le Bureau chinois de l’aviation civile, qui a souhaité « garantir la sécurité des vols » mais également des passagers, l’objectif étant bien évidemment d’éviter une nouvelle catastrophe. Les autorités chinoises, à l’instar de nombreux experts en aéronautique, ont également souligné les troublantes ressemblances entre cet incident et le dernier en date, du mois d’octobre dernier en Indonésie. Résultat, un audit complet sera réalisé sur les appareils et l’exploitation de cette flotte de 737 MAX 8 pourra reprendre dès que les autorités américaines et la société Boeing « attesteront des mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols ».

Les boîtes noires vont parler

L’incident de la journée d’hier lui, reste encore difficilement explicable, les autorités n’ayant pas encore toutes les informations. Toutefois, il apparaît désormais acquis que le pilote, en difficulté après le décollage, ait demandé à rentrer à Addis-Abeba. Une demande validée par les autorités, malheureusement, l’avion ne s’y déposera jamais.

Dans le monde de l’aviation civile, Ethiopian Airlines est d’ailleurs considérée comme étant une compagnie fiable et recommandable, celle-ci n’ayant jamais vraiment connu de gros pépin. Un véritable coup dur pour les familles de victimes et pour la compagnie qui va devoir fournir des explications concernant ce terrible incident.

Un coup dur pour Boeing

L’étude des boîtes noires devrait d’ailleurs leur donner beaucoup plus d’indices concernant le déroulé des événements. Problèmes techniques, erreur de la part des pilotes, défaillance de l’appareil, tout a été enregistré. Les Boeing 737 MAX jouissent toutefois d’une mauvaise réputation, Boeing ayant même décidé en mai 2017, de stopper ses vols test à cause notamment de problèmes de qualité de fabrication du moteur. Ce moteur lui, a été produit par la société CFM, issue d’un partenariat entre General Electric et Safran. Des faits qui ne l’ont toutefois pas empêché de connaître un véritable succès commercial, 350 avions ayant été vendus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire