Emmanuel Macron vient de terminer sa tournée en Afrique de l’Est. En effet, le président français s’est rendu du côté de Djibouti, en Éthiopie et pour finir, au Kenya. Lors de cette dernière étape, le chef de l’État s’est entretenu avec des étudiants de l’université de Nairobi. Une série d’étapes au cours desquelles le président a renoué avec des nations quelque peu mis de côté par ses prédécesseurs.

D’ailleurs, le président Ismail Omar Guelleh ne s’est pas gêné pour le lui faire remarquer. Assurant ne jamais avoir perdu espoir de voir un chef d’État français revenir à Djibouti, celui-ci a toutefois assuré ne pas avoir attendu l’hexagone pour développer le pays. Une manière pour lui de lui faire comprendre que Djibouti s’est tourné vers d’autres partenaires, dont la Chine, afin d’assurer sa croissance.

Ambiance détendue en Éthiopie, affaires au Kenya

Au Kenya et en Éthiopie, l’ambiance était toutefois bien plus détendue. Du côté de Nairobi, Uhuru Kenyatta et Emmanuel Macron ont principalement parlé business alors que du côté éthiopien, l’entente entre Abiy Ahmed et son homologue français a sauté aux yeux. Entre les deux hommes, réformateurs et issus de la même génération, tout s’est passé à merveille, les deux terminant même la soirée par un barbecue, dans une ambiance bon enfant.

La Chine, nouvel acteur majeur en Afrique

Au programme de ces rencontres, de nombreuses discussions portant notamment sur l’économie, l’éducation ainsi que la coopération militaire et la bonne entente commerciale. L’idée étant de faire de la France un nouvel acteur majeur de cette région, là ou la Chine est de plus en plus implantée. Souhaitant contrer cette influence grandissante, Macron a donc décidé de passer la seconde en ce qui concerne sa politique africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom