Les premières autorités mauritaniennes ont décidé de procéder à un grand coup de balai au sein des partis et formations politiques qui animent la vie politique en Mauritanie. A l’approche de l’élection présidentielle, et suite à ce grand nettoyage, la Mauritanie ne compte plus que 28 partis politiques au lieu de 107. Les partis qui ont été dissous sont issus aussi bien de la majorité que de l’opposition.

Loading...
Avec la dissolution de ces 76 partis politique, la Mauritanie veut ainsi donner plus de poids et de crédibilité à la chose politique. En effet, les partis qui ont été visés par la dissolution, sont ceux, qui ayant participé deux fois consécutivement à une élection municipale n’ont pas pu atteindre 1% des suffrages exprimés.

Des partis historiques disparaissent

Les autorités appliquent donc la loi qui a été votée en 2018 et qui portait sur les modalités d’existence des partis politiques. Des partis historiques ont fait les frais de ladite loi. C’est par exemple le cas, pour le tout premier parti politique, créé en Mauritanie, le Rassemblement pour la Démocratie et l’Unité (RDU). D’autres figures politiques de premier plan, ont aussi vu leurs partis politiques touchés par la loi, comme c’est le cas du Mouvement pour la Refondation, de Kane Hamidou Baba.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom