Tewolde Gebremariam, patron de la compagnie Ethiopian AIrlines s’est exprimé il y a peu suite à la publication d’un article du New York Times qui remettait en cause les compétences de ses pilotes. En effet, dans un article du Journal américain, on apprenait ce matin que les pilotes d’Ethiopian Airlines qui étaient aux commandes du vol qui a crashé n’avaient pas eu une formation supplémentaire requise pour piloter ce nouveau modèle du 737 Max, le 737 Max 8.

Loading...

Une affirmation totalement rejetée par le PDG Gebremariam, pour qui ses pilotes ont suivi toutes les formations requises par Boeing et les autorités. A travers un communiqué il a également assuré que ses pilotes avaient pris connaissance d’une directive d’urgence émise par l’agence américaine de l’aviation civile (FAA) après le crash de l’avion de Lion Air. De quoi remettre les pendules à l’heure après la publication de l’article du journal américain.

Pour rappel, depuis le crash de l’avion, les autorités aéroportuaires de la plupart des pays occidentaux ont interdit le survol de leurs villes par les avions de ce modèle de Boeing et ont également cloué au sol ceux des compagnies nationales. Des similitudes ont été détectées par les enquêteurs entre les drames des compagnies Lion Air et Ethiopian Airlines. 

Voir les commentaires

2 Commentaires

    • Bien dit, merci!

      Le New York Times est un journal du pays du fabriquant de l’appareil en cause.
      Ils n’ont pas dit pareille chose des pilotes de Lion Air, mais se le permettent quand c’est des Africains. Autant c’est honteux, autant il fallait s’y attendre. Ce sont les lobbys qui ont été payés pour discréditer Ethiopian Airlines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom