Les manifestations et protestations contre la corruption au sein du gouvernement russe auraient selon la presse débuté en mars 2017 après la sortie du film ‘’He Is Not Dimon to You’’ de la fondation anti-corruption d’Alexey Navalny, avocat et militant politique russe. Depuis, les critiques de l’opinion publique russe à l’égard des décisions de pouvoir du président seraient récurrentes. Ce samedi, le Parti Communiste russe descendait dans la rue.

Loading...

Le président Vladimir Poutine impopulaire

Selon les observateurs, Vladimir Poutine Cette année, avec le début d’un nouveau mandat présidentiel qui s’achèvera en 2024, aurait fait plus fort que Leonid Brezhnev, qui avait dirigé le pays de 1964 à 1982. Son régime serait qualifié de régime autoritaire relativement modéré ; avec des pics de répression occasionnels, une stabilité stagnante et un « climat national cynique, sans alternative visible au système existant ». Cette semaine encore, Poutine aurait signé une loi autorisant les tribunaux à condamner des personnes pour leur manque de respect envers les autorités et à empêcher les médias de publier de « fausses nouvelles ».

Les sondages récents montreraient selon la presse internationale, une baisse des taux d’approbation du président, une reprise des attitudes pro-occidentales et des attentes grandissantes. Un moment favorable donc aux réformateurs anti-Poutine, pour faire passer leur message. Et Pour le parti communiste russe adversaire politique à Poutine, et organisateur de la marche de ce samedi ; ces dernières mesures seraient inutilement répressives et que cette ‘’hargne’’ devrait plutôt être centrée sur la corruption et la baisse du niveau de vie.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom