Alors que de nombreuses discussions ont actuellement lieu entre Pyongyang et Washington au sujet de la dénucléarisation de la péninsule Coréenne, rien ne semble indiquer que celles-ci aient réellement porté leurs fruits. Pire encore, il semblerait que la Corée du Nord ait décidé de procéder à de nouveaux tirs de missiles.

Une démonstration de force survenue le 18 avril dernier, qui prouve donc que Pyongyang semble bien décidé à faire jouer sa souveraineté. Faisant fi des sanctions et des menaces pesant à son encontre, le leader nord-coréen, probablement échaudé après les échecs successifs des rencontres de Singapour et d’Hanoï a donc repris sa marche en avant. Ce missile d’un nouveau genre, serait une « arme tactique guidée », capable de transporter « une puissante ogive ». Un tir qui n’a toutefois rien à voir avec les précédents observés, qui faisaient partie intégrante du programme balistique nord-coréen.

Un message adressé à Trump ?

Cette arme-ci s’apparenterait plutôt à une arme défensive, de courte portée. L’idée, selon certains experts, serait ainsi de faire passer un message, plus que de se vanter de prouesses techniques et militaires. S’il est aujourd’hui difficile de savoir à qui s’adresse Kim Jong-Un, les regards se sont naturellement tournés vers Washington et Donald Trump. Selon certains experts, le leader nord-coréen souhaiterait que le président américain se soucie toujours de la question coréenne, lui qui semble s’en être désintéressé suite à l’échec cuisant de leur dernière rencontre. D’autres en revanche, estiment que le leader communiste a simplement assisté à ce tir dans le but de rassurer ses armées et de leur montrer qu’il est toujours bel et bien là, six mois après le dernier tir de missile.

Kim Jong-Un veut peser à l’international

L’idée était donc de prouver à ses troupes que, malgré la voie diplomatique, l’armée restait l’une des pièces maitresses de l’échiquier nord-coréen. D’ailleurs, il n’existe aucune photo officielle de ce déplacement et Kim ne semble pas avoir mis en scène de grand spectacle afin de prouver au monde ce que ses forces venaient de réaliser.

Un exercice compliqué puisque, si Kim a su rassurer ses collaborateurs, il ne fallait surtout pas alerter la communauté internationale, toujours en alerte face aux possibles frasques et agissements de ce dernier. Devenu un pion central au sein des nations qui comptent, Kim Jong-Un ne semble pas, cette fois-ci, prêt à faire de faux pas susceptible de ruiner la bonne image de son pays, qu’il essaie actuellement de bâtir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom