Les stambouliotes sont désormais fixés sur l’identité de leur maire. L’attente aura duré 17 jours. Le candidat de l’opposition Ekrem Imamoglu sort vainqueur du scrutin municipal du 31 mars. Le Haut Conseil électoral (YSK) l’a proclamé vainqueur au détriment de l’ancien Premier ministre Binali Yildirim, candidat du pouvoir en place. Mais l’AKP ne s’avoue pas vaincu et pointe du doigt les nombreuses irrégularités constatées pendant ce vote.

L’AKP demande l’annulation du scrutin

L’écart de voix entre les deux candidats est de 13 729 votants dans une ville de 16 millions d’habitants. L’AKP, parti du président Recep Tayyip Erdogan rejette les résultats proclamés et dénonce les irrégularités qui auraient émaillé le scrutin. Le parti du maire nouvellement élu Ekrem Imamoglu, le Parti républicain du peuple (CHP), principal parti d’opposition, accuse le président Erdogan de vouloir conserver Istanbul à tout prix.

Pour sa part, l’AKP continue de dénoncer les irrégularités et réclame l’annulation pure et simple du scrutin. Les onze juges du Haut Conseil électoral auront la lourde charge de décider si les événements incriminés ont pu « influencer le résultat du vote » et d’annuler le vote s’ils sont vraiment convaincus de toutes ces irrégularités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom