Un geste banal posé par un homme au convoi du président de la république française ce mardi 14 mai lui a valu une garde à vue. Selon les informations qui ont été relayées en boucle dans la presse, ce dernier aurait adressé un doigt d’honneur au convoi présidentiel qui se dirigeait vers l’hôtel des invalides où devraient se tenir la cérémonie d’hommage aux deux soldats français tués lors de l’opération de sauvetage des touristes enlevés au Bénin.

Affaire classée

Le séjour de ce monsieur qui a été présenté dans la presse comme un des leaders de la manifestation des «Gilets jaunes » a toutefois été assez court. Il est ressorti et la procédure judiciaire a été classée sans suite. Des irrégularités auraient été enregistrées dans la procédure enclenchée contre sa personne.

Cet incident s’était produit alors que Emmanuel et Brigitte Macron rendaient hommage à Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Ces deux soldats qui ont été élevés à titre posthume au rang de chevaliers de la Légion d’honneur ont été tués dans la nuit du 9 au 10 mai lors de l’opération qui a permis de libérer les deux otages français détenus au Burkina Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom