L’affaire du Kézavingo, trafic de bois précieux qui a éclaté il y a quelques semaines au Gabon est en train de donner des nuits blanches à plusieurs hautes personnalités du pouvoir gabonais. Depuis que le scandale a éclaté, la présidence avait déclaré que toutes les personnes impliquées allaient être durement sanctionné. Selon des sources bien introduites, Ali Bongo Ondimba a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

Loading...
L’enquête sur le trafic du bois précieux suit son cour et alors qu’elle n’a pas encore livré ses conclusions, le président gabonais a récemment pris une décision qui a surpris l’opinion. En effet, Ali Bongo a limogé le ministre des forêts Guy Bertrand Mapangou et plus surprenant encore, le vice-président Pierre Claver Maganga Moussavou.

Ali Bongo fait le ménage

Les noms des deux personnalités ont été cités dans le scandale du Kézavingo. D’après les informations des médias locaux, le désormais ex-ministre des forêts est celui qui a signé l’autorisation de transporter le bois précieux. Pierre Claver Maganga Moussavou, en plus de son présumé rôle dans le scandale, une certaine opinion gabonaise juge qu’il a été victime de ces possibles ambitions trop élevées lorsque Ali Bongo Ondimba luttait pour retrouver la santé. Plusieurs autres figures du pouvoir gabonais ont été emportées par le scandale du Kézavingo et alors que l’enquête se poursuit d’autres têtes risquent de tomber prochainement.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom