Selon des documents dévoilés par des journalistes de France2 et du Monde ce Jeudi dernier, la grande entreprise de biotechnologie américaine aurait demandé une compilation de fichiers illégaux. Elle aurait confié cette charge à une société de relations publiques Fleshman Hillard, qui s’occupe de sa communication. Ce fichier archivé depuis 2016 est  une liste de personnalités, journalistes et scientifiques pouvant influer ou non sur les décisions concernant la distribution de son célèbre herbicide qu’elle commercialise sous la dénomination de « RoundUp ». Produit dont elle détenait le brevet.

Des documents douteux

Un fichier contiendrait 74 individus classifiés selon leur influence sur les mesures européennes. Dans celui-ci, Xavier-Bertrand, président des Hauts-de-France et Maud Fontenoy qui ont exprimé leur indignation. Y figure toujours dans le même lot, les ex-ministres de la santé et de l’environnement, Marisol Touraine et Ségolène Royal. Cette dernière n’a pas manqué de rapprocher cet acte à de l’espionnage.

D’après les informations présentées par les journalistes, la compagnie Fleshman Hillard aurait établi une liste de plus d’une centaine de personnalités. On y trouve des personnalités publiques, des scientifiques, des experts, des journalistes. Cette liste aurait été faite quand l’utilisation du glyphosate était classée comme potentiellement cancérigène par un organisme affilié à l’OMS.

Pendant que la société de lobbying nie connaître l’existence d’un tel document, un autre document impliquant Mosanto est mis sur la table. Ce document lierait l’Entreprise américaine avec Publicis une compagnie publicitaire française et note les individus y faisant partie de 1 à 5.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom