Au Bénin, plusieurs médias indiquent que Patrice Talon pourrait s’adresser au peuple béninois dans la semaine. Mais quel discours va t-il tenir devant ses concitoyens dans un contexte de crise? Pour Joël Atayi Guèdègbé, on peut attendre du chef de l’Etat “une parole apaisante, responsable et qui indique qu’il a entendu, qu’il a vu et qu’il peut rassurer sur la suite de notre vie ensemble en République dans un cadre démocratique”.

Loading...

Il doit être “celui qui indique que le dialogue et la confiance sont possibles”

Théoriquement, poursuit l’expert en bonne gouvernance, Patrice Talon est la clef de voûte des institutions du pays. A partir de là où il est, il doit pouvoir être effectivement le président de tous les béninois. “Celui qui rassemble, celui qui indique que le dialogue et la confiance sont possibles” estime l’acteur de la société civile.

Il faut dire que Patrice Talon ne s’est plus adressé aux béninois depuis 11 avril dernier. Sa prochaine sortie médiatique pourrait situer l’opinion sur ce qu’il pense des élections législatives du 28 avril dernier, et des violences de ce début du mois de mai.

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Pas besoin d’expert tout de même pour comprendre et savoir qu’à la maternelle grande section, quand un devoir est erroné et mal fait on doit le refaire. Ce devoir ne vous en déplaise est un échec lamentable. C’est du maquillage qui nous amène aux 27% car en plus la réalité est, tout au plus 10% avec les marges d’erreur. C’est dire que le peuple a gagné ce peuple pacifique ne veut pas de la mafia. Les institution aujourd’hui sont ridicules. Elles ne sont pas credibles. Elles ne sont pas transparentes. Elles bafouent la democratie. Et les ____ s’en rejouissent.

  2. Ce qu’il pense de l’élection ? Là je ne comprends pas. Il y a un problème. Il va dire quoi ? Et apaiser quoi ? Soyons sérieux. Ce ne sont pas des mots qu’on veut mais des actes concrets. Il y en a parmi les beninois qui ne peuvent plus se contenter de mots ou de paroles pour apaisants qu’ils paraissent. D’abord écouter l’opposition qui est exclue ensuite engager un programme de développement qui tiennent compte de l’évolution de la mentalité du peuple. Le copier coller ou le développement à la va vite est suicidaire. Et puis il n’y a pas de démocratie là où c’est un seul qui est le problème et la solution à la fois. Excusez moi nous n’avons pas besoin de discours si ce n’est que de mots on veut des actes

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom