Moise Katumbi était un homme influent en République Démocratique du Congo. Il était le gouverneur du Katanga, une province riche en minerais, et était président du TP Mazembe, l’un des clubs de football les mieux dirigés d’Afrique subsaharienne. L’homme avait donc l’argent et la popularité. Des atouts qui rendaient ses  velléités présidentielles hautement dangereuses au régime Kabila. Katumbi avait dû s’exiler. Ce Lundi, il était de retour.

Katumbi de retour par la grande porte

Katumbi, 54 ans, riche homme d’affaires d’origine grecque et congolaise mixte, a été élu gouverneur du Katanga dans le sud-est de la RD Congo avant que la province ne soit divisée en une région territoriale. Condamné par contumace à une peine de trois ans d’emprisonnement pour fraude à la propriété, le richissime homme d’affaire avec une ascendance grecque, s’exilait en Belgique. Mais le président Felix Tshisekedi, dont il avait été et dont il demeure un détracteur, lève les sanctions à l’encontre du business man et lui permet son retour d’exil.

‘’Ensemble pour le changement’’, le parti de Katumbi, ayant demandé, selon la presse,  au nouveau président de démontrer son attachement aux réformes démocratiques en libérant des prisonniers politiques et en facilitant le retour des hommes politiques en exil.

Ce lundi, rapporte la presse congolaise, Katumbi se serait donc posé à l’aéroport de Lubumbashi. Un vol qu’il aurait commis directement dans son fief à bord d’un jet privé. Un retour que la presse locale rappelle coïncidait avec la visite du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à Kinshasa, ce dimanche, avec à la clé « un programme de 300 millions d’euros » pour « la durée du mandat de M. Tshisekedi » dans des secteurs tels que le développement  agricole, la santé, la sécurité

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom