Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou réagit à nouveau dans ce qu’il convient d’appeler désormais dossier Boni Yayi en lien avec les événements des 1er et 2 mai 2019 à Cotonou. Le magistrat est intervenu en réaction à un mandat d’amener qui serait délivré contre Yayi.

Il n’y a pas un mandat d’amener à l’encontre de l’ancien président de la République du Bénin Dr Thomas Boni Yayi, du moins pour le moment. Contrairement à l’information relayée par un média international ce 20 juin 2019, le procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou Mario Mètonou affirme : «A l’heure où je vous parle, monsieur Boni Yayi n’est visé par aucun mandat d’amener. L’information relayée par France 24 sur son site est donc fausse».

Une mesure coercitive non encore mise en exécution

Rappelons que dans sa déclaration de presse mardi 18 juin dernier, le procureur a affirmé que « Des interrogations et des pièces au dossier il résulte une implication personnelle de l’ancien Président de la République M. Boni Yayi ». Il a également informé de la prise de mesures coercitives contre Boni Yayi.

Même-ci ces mesures coercitives peuvent prendre la forme d’un mandat d’amener, le procureur fait savoir que ce n’est pas encore le cas. Il explique que dans le droit positif béninois, il n’a pas, en tant que procureur, le pouvoir de lancer un mandat d’amener. Seul le juge d’instruction le peut dans le cas présent. Et à sa connaissance, ce dernier ne l’a pas fait. Du moins, jusqu’au moment où il s’expliquait devant la presse.

Voir les commentaires
Loading...

18 Commentaires

  1. Eux tous se comportent comme si ce n’était pas le même sang qui coule dans nos veines. Personne ne gagnera rien de durable avec ces querelles inutiles qui nous perdent du temps. Reprenez les élections législatives, faites en sorte qu’elles soient transparentes, et permettez aux opposants d’y participer car eux aussi sont des fils dignes de ce pays. Prenez de la hauteur et montrez votre grandeur afin que le Bénin et ses institutions sortent encore plus forts de cette dure épreuve. Nous avons une nation prospère à bâtir pour la postérité.

  2. Pourtant , moi j’ai la copie et l’original. Je vais balancer sur les réseaux sociaux , l’original.
    Celà va vous clouer la gueule.
    Comme les pressions internationales sont présentent, vous reculez Metonnou. Vous parlez d’hérésie etc. Mais vous êtes terrible …
    Je vous l’avais dit: ” allez voir rapidement Jonas GBENAMETO (donneur de vie…)

  3. Pas pour le moment le mandat d’amener
    C’est pour bientôt et calmement à l’aube sans bruits
    Son sort est scellé.
    Il a trouvé garçon sur son chemin en la personne du compétiteur né.
    Et; rien ne se passera
    Le reste n’est que bavardage.
    Je reviens
    Le Plombier

      • Je suis à la retraite. Je prends metro matin , puis je tourne dans les gares, je soustrais des porte monnaies, des portables et je me mets ensuite sur mon internet LNT

        • Je suis un klébé klébé, casseur de couilles poh poh poh t à la retraite à chateau rouge, à part le vol des portables dans le métro et demande de jetons devant Tati et autres, je vends un peu de chicha
          Tu me verras aussi en train d’escroquer quelques béklé sur le net

  4. Soyez franc mes frères de229.C’est la France et R FI qui gouverne le Bénin?Où ce sont eux qui vont chercher palabre là où il y en a pas.Soyez juste.

    • france 24 et rfi ne detruisent les pays africains cest vous meme qui detruisez vos pays. votre chance au benin un petit pays cest comme un cheque sans provision.les grandes puissances nont rien a gagner cest pourquoi le benin est du moins calme.

    • Ah oui c’est RFI qui a fait sortir les chars et demander de tirer sur cette dame , veuve, ayant 6 enfants en bas âge, et qui est morte pour rien!!!
      Agou din , tchoukou daho, hein, monwè, nougbo.
      A gou hou atoto gbodja gbodja et do assamin nou wé

  5. Jouez avec le feu seulement, vous ne serez pas épargnées de toutes les façons. Pourquoi vient-il nier l’information de mandat d’amener quand lui-même lors de sa conférence de presse était aussi affirmatif et catégorique et á parler de mesures coercitives? Il fallait alors aller avec prudence aussi pour ne pas en rajouter à la situation déjà tenue et explosive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom