Il y a quelques semaines, les populations du Moyen Ogoué au Gabon, regroupant des villages en majorité côtier, avaient la désagréable surprise de voir dans leurs eaux ou plutôt planant au-dessus des centaines d’individus mort d’une espèce de poissons semble-t-il très prisée dans la région. Depuis les autorités seraient à pied d’œuvre pour découvrir l’origine de ce phénomène.

Loading...

Pollution ou phénomène naturels

Le phénomène des poissons morts de l’Ogooué, le principal cours d’eau du Gabon, serait un incident pour le moins particulier. Car si voir des poissons morts sans aucunes explications dans flotter dans le fleuve serait inédit pour les populations riveraines, qu’une seule espèce soit touchée, celle des Cyprinus carpio, la carpes communes, serait le casse-tête des scientifiques gabonais au sein de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).

En tout état de cause, et incapables d’affirmer si la mort de ces poissons serait dû soit à la pollution des eaux par un quelconque agent chimique, soit à un phénomènes climatique; les autorités gouvernementales avec à leur tête le premier ministre secondés des ministres de la pêche et de l’Agriculture auraient commandité une mission intersectorielle ce dimanche 21 juillet afin d’établir une cartographie précise de la zone touchée et d’apporter un diagnostic précis sur les causes du phénomène.

A toutes fins utiles et en vertu du principe de précaution, le gouvernement gabonais aurait décidé une suspension pour une période de deux semaines des activités de pêches et de commercialisation de poissons surtout de carpes communes dans les localités de Ndjolé à Lambaréné, dans l’Abanga (lacs N’Guéné et Nzoughé) et en amont de l’embouchure de l’Ykoye (Ngounié).

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom