Ce week-end, trois villages nigérians au Nord du pays étaient la proie à une offensive armée de la part de terroristes pilleurs, faisant selon un bilan des autorités, plus d’une trentaine de morts. Une recrudescence d’actes de vandalisme qui  mettaient encore une fois le nouveau gouvernement Buhari face à de défis croissants quant à la question sécuritaire.

Loading...

Au moins 37 morts et plusieurs blessés

Selon des correspondants de presse sur les lieux, les assaillants auraient opéré comme une sorte de razzia sur les villages de Kamitau, Ololo et Rijiyar Tsamiya, tous situés dans l’État de Sokoto, brûlant récoltes et faisant main basse sur le bétail des populations. Un raid de près de deux heures d’horloge qui auraient fait 37 morts dans la population des différents villages,  qui lasse d’attendre un secours militaires qui tardait à venir, aurait tenté de s’opposer par leur propre moyens aux ‘’bandits’’.

Ce même week-end, Garba Shehu, assistant spécial du président pour les médias et la publicité, déclarait dans un communiqué que le président Buhari avertissait que « les massacres récurrents  et à grande échelle de villageois par des gangs de meurtriers » recevraient « une riposte à la hauteur des atrocités de la part de l’appareil sécuritaire de l’Etat ». Une Situation récurrente dans cette région du nord du Nigéria, qui semble-t-il serait infiltrée par des terroristes islamistes et des groupes criminels. Le mois dernier, c’étaient 43 personnes qui perdaient la vie dans une attaque de pilleurs, dans cinq villages des districts de Rabah et d’Isa.

Les communautés rurales du nord du Nigéria seraient depuis plusieurs mois la proie de gangs qui attaqueraient des villages, voleraient vivres et bétail, et kidnapperaient moyennant rançon. Et Les villageois pour se défendre, se seraient mués en milices, elles-mêmes accusées par l’administration centrale d’assassinats extrajudiciaires.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom