En mai 2018, les Etats-Unis se retiraient de l’accord sur le nucléaire iranien. Un départ qui n’a nullement plu à la République Islamique. Elle a attendu le 1er juillet dernier pour annoncer à la face du monde qu’elle avait dépassé le seuil d’uranium faiblement enrichi autorisé par l’accord. Hier dimanche 07 juillet, le pays est passé à la vitesse supérieure en annonçant qu’il commençait par enrichir son uranium à un niveau qui lui ait défendu par l’entente.

“Les brimades unilatérales deviennent chaque jour comme une tumeur qui s’aggrave…”

Ces annonces qui irritent fortement les Etats-Unis, ne laissent également pas indifférents  l’Union européenne, le Royaume Uni, la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine. L’empire du milieu estime d’ailleurs que ce sont les Etats- Unis qui sont responsables de la crise du nucléaire iranien. « La pression maximale des Etats-Unis sur l’Iran est la source de la crise nucléaire iranienne » a  indiqué ce lundi Geng Shuang, au cours d’un point de presse. Pour ce porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, les faits démontrent que « les brimades unilatérales deviennent chaque jour comme une tumeur qui s’aggrave, qui génère à l’échelle mondiale des problèmes encore plus nombreux et des crises encore plus importantes ».

Donald Trump n’a pas encore réagi à ces accusations de la Chine. Ses alliés européens à l’instar de l’Allemagne, de la France et du Royaume Uni, ne cachent pas leur préoccupation. Berlin et Londres ont par exemple demandé à l’Iran de faire machine arrière tandis que la France s’est dite très inquiète. Elle demande à l’Iran de mettre fin à ses activités qui violent l’accord. Téhéran ne semble pas réceptif ces appels.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom