Kim Jong-Un ne relâche pas la pression. Alors que la relation entre Washington et Pyongyang semblait avancer dans le bon sens avec, notamment, le passage du président américain en Corée du Nord, les récentes informations font état d’un très clair refroidissement. Pire encore, le régime communiste, afin de montrer qu’il ne souhaite pas se laisser faire, enchaîne les tests de nouvelles armes.

Loading...

Alors que la détente semblait être amorcée, les exercices militaires menés conjointement entre la Corée du Sud et les États-Unis ont mis le feu aux poudres. Qualifiant ces manifestations annuelles de préparation à l’invasion, la Corée du Nord a donc décidé de vivement réagir. Depuis, les tests de missiles et autres armes s’enchaînent à vitesse grande V. Samedi, l’agence de presse officielle du régime nord-coréen KCNA affirmait que Kim Jong-Un venait de superviser un lanceur de missiles multiple. Selon la KCNA, le leader communiste aurait été satisfait de ce test, saluant d’ailleurs le travail des scientifiques ayant mis au point cette nouvelle arme.

La Corée du Nord enchaîne les tests

Selon le leader Kim Jong-Un, la Corée du Nord doit continuer à travailler en ce sens, afin de proposer une nouvelle batterie d’armes susceptibles de répondre aux menaces militaires encourues. Une justification qui intervient alors que la Corée du Nord a enchaîné les tests de missiles en ce mois d’août. Pas de quoi alarmer les autorités sud-coréennes qui restent persuadées que la diplomatie sera la solution à cette crise. Les membres du Conseil national de sécurité, le NSC, ont d’ailleurs affirmé qu’ils souhaitaient poursuivre leurs efforts afin de ramener Pyongyang à la table des négociations avec les États-Unis.

Des négociations au point mort

Si les relations entre Kim et Trump semblent, sur le papier, être au beau fixe, la réalité elle est différente. Alors que le premier sommet de Singapour entre les deux hommes semblait prometteur, les discussions tenues à Hanoï, au Vietnam, ont été écourtées. Suite à cet échec, le président Trump était alors apparu comme presque dépité, conscient que les choses ne seraient finalement pas si simples. Depuis, les discussions n’ont pas repris, d’autant que la Corée du Nord a affirmé être prête à discuter… Ou non. « Nous sommes prêts aussi bien pour le dialogue que pour le blocage » a ainsi récemment déclaré Ri Yong Ho, ministre nord-coréen des affaires étrangères.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom