Trois personnes ont été tuées dans une attaque contre un bureau des forces de l’ordre dans le nord du Tchad, ce mercredi. Au mépris de récentes consignes gouvernementales qui renforçaient les dispositifs sécuritaire, les assaillants qui seraient tous de la même famille auraient attaqués le poste de gendarmerie parce qu’un soldat y aurait trouvé refuge après avoir assassiné l’un des leurs.

Loading...

Une vendetta qui tourne court…

Selon l’Agence France-Presse, trois morts et sept blessés, ce serait tout ce qu’aurait récolté la famille dans leur raid vengeur contre le soldat subalterne qui après avoir assassiné son supérieur, leur parent, s’en était allé demander secours et refuge aux forces de l’ordre de la Localité. L’incident se serait déroulé le 21 aout à Bardai, dans le Nord du Tchad.

Selon une presse locale, le soldat en question, aurait « tiré à bout portant » sur un commerçant avant d’aller trouver refuge dans le poste de gendarmerie et que ce serait pour défendre leurs frères d’armes poursuivi par une foule en colère que les hommes en uniforme auraient ouvert le feu.

Le fait est que tous ces tumultes intervenaient alors même quelques jours avant, le dimanche, le président tchadien en déclarant ; « Dès maintenant, nous allons déployer des forces militaires qui vont assurer la sécurité de la population dans la zone » instaurait l’état d’urgence dans les régions le long de la frontières avec le Soudan, en proie à de multiples affrontements entre cultivateurs et éleveurs depuis plusieurs années.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom