Les journalistes ont du souci à se faire en France depuis l’avènement au pouvoir d’Emmanuel Macron. La liberté de la presse aura pris du recul depuis l’avènement au pouvoir de l’actuel président français. Ce phénomène jadis méconnu en France est de plus en plus constatée dans les rapports des hommes des médias à l’exécutif. En témoigne le Classement mondial de la liberté de la presse qui voit la France passer de la 11e place en 2002 à la 32e place.

Un arsenal juridique anti-presse

Les journalistes en Hexagone travaillent désormais sous une certaine pression. Il est aujourd’hui possible en France que les locaux d’un journal soient perquisitionnés, que des hommes de presse soient convoqués à la DGSI. Sous le régime Macron, les locaux de Médiapart ont failli notamment être perquisitionnés dans l’Affaire Benalla et pas moins de 8 journalistes ont été convoqués depuis le debut du quinquennat. Ajoutés à cela, un arsenal juridique taillé sur mesure avec une série de lois et d’organismes mis en place : loi sur le secret des affaires, loi contre les fausses informations, réforme de la loi de 1881, création d’un conseil de déontologie.

Macron pas fan des journalistes

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Emmanuel Macron n’est pas fan des journalistes. Il l’affirmait déjà en Janvier 2018 : « La proximité à laquelle nous avions pu parfois nous habituer, je pense, n’était bonne ni pour le pouvoir politique, ni pour l’exercice du métier de journaliste. » La France des journalistes ressemble de plus en plus à une dictature et inquiète tant les hommes de presse que les organisations de presse.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom