En Israël, ce serait la ferveur des élections, la Knesset devant être renouvelée. Ce mardi soir, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait été dans l’obligation de couper court à un meeting de campagne dans la ville d’Ashdod à cause d’une alerte d’attaques subites. Deux missiles auraient été lancées depuis les territoires rebelles de Gaza sur la ville. Les représailles ne se seraient pas fait attendre.

Loading...

Réponse du berger à la bergère…

Selon des vidéos prises lors du meeting, le premier ministre était sur le podium se préparant à prononcer son discours quand retentirent les alarmes. Obligeant les participants à fuir l’événement, et le Premier ministre à être évacué. Selon L’armée israélienne, l’alarme avait signalé une attaque par missiles,  deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza en direction d’Ashdod et d’une autre ville portuaire, Ashkelon, juste au sud, et que ces roquettes avaient été interceptées par le système antimissile ‘’Dôme de fer’’.

Si  la situation avait été rapidement maîtrisée et que le Premier ministre israélien  a pu reprendre son discours là où il l’avait laissé, cette attaque perçue comme un affront, une provocation  manifeste, aurait reçu dès le lendemain, mercredi, une cuisante réponse. Selon l’agence de presse Reuters et l’armée israélienne, ce serait une quinzaine de cibles qui auraient été visées et touchées dont « une usine de fabrication d’armes, un complexe naval utilisé par des militants et des tunnels » une logistique sensée appartenir au Hamas, le mouvement islamiste palestinien actif dans la bande de Gaza.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom