Le camp d’extrême droite au pouvoir au Brésil a encore défrayé la chronique. Et cette fois-ci, il ne s’agit pas du président Jair Bolsonaro mais de deux de ses fils. Eduardo Bolsonaro qui est le troisième fils du président brésilien, a créé la polémique en postant une photo sur Twitter dans laquelle on le voit avec une arme à la ceinture, en présence de son père hospitalisé. Il avait dit en outre qu’un soldat et un caporal pourraient suffire pour fermer les portes de la Cour suprême.

Loading...

Des propos dénaturés selon Carlos Bolsonaro

Un autre fils de Jair Bolsonaro, Carlos Bolsonaro âgé de 36 ans a laissé voir dans la soirée du lundi sur Twitter, que la voie de la démocratie ne permettra pas la transformation désirée par le Brésil à l’allure souhaitée. Suites aux critiques suscitées par ces déclarations, le conseiller municipal de Rio de Janeiro est revenu hier mardi sur ses propos. Il fait savoir que ses déclarations avaient été dénaturées.

«J’ai dit que les choses ne changent pas vite par la voie démocratique. C’est un fait. C’était pour répondre à ceux qui réclament des changements dans l’urgence» a expliqué Carlos Bolsonaro avant de traiter de “canailles” les journalistes qui le prennent pour un défenseur de la dictature. Notons que les propos du conseiller municipal ont fait réagir des politiques comme la députée de gauche Taliria Petrone et le président du Sénat David Acolumbre entre autres.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom