Photo d'illustration

Les djihadistes au nord duMali depuis 2012 font toujours des victimes innocentes. Ces islamistes éparpillés par une intervention onusienne continuent de faire régner la terreur dans certaines parties du Nord Mali. Mardi dernier, ils ont encore fait parler la poudre dans la région de Mopti. Une bombe artisanale qui a explosé sur le passage d’un car a fait une dizaine de morts et plusieurs blessés.

Le Nord du Mali est très vaste et en partie désertique. Les islamistes ont donc de la facilité pour s’y camoufler et échapper aux forces de l’ordre maliens et aux forces de la Minusma (Mission des Nations Unis au Mali). Ce mardi, le bus convoyait une cinquantaine de passagers de Douentza à Gao lorsqu’il a sauté sur la bombe artisanale. Le bilan de l’explosion est lourd : 14 morts et 24 blessés et le bus est irrécupérable.

Entre conflits intercommunautaires et groupes djihadistes

Les violences tendent à augmenter dans le pays et, du nord, se répandent vers le centre du pays. Des conflits intercommunautaires sont souvent enregistrés dans le pays ainsi que dans les pays voisins tels que le Burkina Faso et le Niger. Le Nord Mali est aussi la proie de deux principaux groupes djihadistes : le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, créé en mars 2017 par le touareg malien Iyad Ag Ghaly, et le groupe État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), dont le leader est Adnan Abou Walid Sahraoui.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom