La mort de l’ancien président Robert Mugabe a suscité un torrent de réactions de la part des leaders de ce monde. Des réactions assez paradoxales, signes que Mugabe était un homme controversé. Adulé des uns, conspué par d’autres, il aura marqué son temps et contribué à l’histoire de son pays et de son continent. La mémoire de l’homme est saluée dans le monde. De l’Afrique en Asie en passant par l’Europe et l’Amérique, les condoléances tombent et ne se ressemblent pas.

Des condoléances tombent de partout

Et même jusque dans sa mort, l’homme aura suscité des controverses. Plusieurs chefs d’Etats africains notamment saluent le départ d’un héros. En Afrique australe, un concert d’hommages a salué le héros de la lutte anticolonialiste et du panafricanisme. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a salué la mémoire du « champion de la cause africaine contre le colonialisme ». L’Afrique du Sud se souvient du soutien du Zimbabwe et de son président Mugabe au plus fort de la lutte anti-apartheid. Le président Namibien Hage Geingob a rendu hommage au « révolutionnaire exceptionnel ». Le chef d’Etat zambien Edgard Lungu a évoqué le père fondateur du Zimbabwe et le grand panafricaniste dont la « place dans les annales de l’histoire de l’Afrique est assurée ». Le président tanzanien John Magufuli, président en exercice de la SADC estime que « L’Afrique perd un dirigeant brave, déterminé, un africaniste qui a traduit dans les actes le refus de la colonisation ». Le président kényan Uhuru Kenyatta, le burundais Pierre Nkurunziza, le sud-soudanais Salva Kiir, le Nigérian Muhammadu Buhari et le sénégalais Macky Sall ont tous honoré la mémoire de l’homme disparu.

Les hommages de la Russie, de la Chine et de Cuba

Dans la même lancée, des leaders non africains ont présenté leurs condoléances au Zimbabwe et reconnaissent les mérites et la grandeur de l’illustre disparu. Le président russe Vladimir Poutine a reconnu que « beaucoup de dates importantes dans l’histoire moderne du Zimbabwe sont liées au nom de Robert Mugabe » qui aurait « apporté une grande contribution personnelle à la lutte pour l’indépendance ». Le président chinois Xi Jinping qui a fait une visite officielle au Zimbabwe de Mugabe en 2015 a salué « un dirigeant politique et un dirigeant du mouvement de libération nationale exceptionnel. » Le ministre cubain des affaires étrangères Bruno Rodriguez salue la mémoire d’un grand ami de Cuba et présente les condoléances de la nation cubaine à la nation zimbabwéenne. ,

Des voix discordantes

Seuls les occidentaux dissonent dans leurs propos sur l’événement. Tout en présentant leurs condoléances, ils ont rappelé les travers de l’homme qui n’aura pas été parfait. L’ex puissance coloniale britannique a profité de l’occasion pour dénoncer encore une fois l’ancien régime de Mugabe qui se serait distingué par les violations des droits de l’homme. Dans le même registre, les américains consolent et dénoncent : « Nous présentons nos condoléances à ceux qui pleurent la perte de l’ancien président zimbabwéen », a dit la porte-parole de la diplomatie américaine Morgan Ortagus, avant de dénoncer Mugabe, notamment « ses violations des droits humains et sa mauvaise gestion économique qui a appauvri des millions » de personnes. Enfin l’Union européenne, dans un message de « condoléances », déclaré qu’elle « continuera à se tenir aux côtés du Zimbabwe et de son peuple, à soutenir la réconciliation et aider à assurer un avenir d’unité, de prospérité, de sécurité et de démocratie pour tous ».

Voir les commentaires

3 Commentaires

  1. Leader anti-apartheid, anti-colonialiste qui a conduit le Zimbabwe à l’indépendance.
    Un très bon 1er Ministre les 1ères années d’indépendance pour les taux d’alphabétisation et de développement
    Un *** de ses compatriotes (~20.000), dictateur corrompu. Une caricature comme seuls les pouvoirs illimités africains savent en produire.
    \\\\///
    (@_@)

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom