La base militaire de Blabrine au nord de Diffa, dans le sud-est du Niger a été l’objet d’une attaque meurtrière. C’est du moins l’une des informations qui est relayée en boucle par les médias internationaux ce mercredi 30 octobre 2019. Selon les précisions qui ont été apportées le bilan de cette attaque fait état de plusieurs décès et de la destruction d’une quantité non négligeable de matériels militaires même si la situation reste pour l’heure confuse.

Situation confuse

Selon des confidences qui ont été faites à l’agence de presse française par une source qui a requis l’anonymat, l’attaque aurait eu lieu dans la nuit du mardi au mercredi. « On ne connait pas encore la situation exacte. C’est une zone militaire, les autorités civiles locales se préparent pour aller soutenir la population » a indiqué la source à l’AFP. La zone de l’attaque est située dans une localité frontalière au Nigéria. Ladite localité est souvent exposée aux actes que pose le groupe jihadiste Boko Haram. Les habitants de la localité de Diffa sont en effet habitués aux actions de la secte islamiste.

Il y a 10 jours environ,  l’autorité municipale d’une localité proche de la base avait été enlevée avec son épouse par les éléments de ce groupe terroriste basé au Nigéria. A N’Guigmi, une autre localité environnante, les combattants de Boko Haram s’étaient illustrés au début de l’année par le meurtre d’une dizaine de civils par le biais d’un attentat-suicide. « Il ne se passe pas un jour sans perte humaine (dans la sous-région Mali, Niger, Burkina), nous assistons à la banalisation de la violence, à la terreur au quotidien » avait reconnu le président du Niger Mahamadou Issoufou le mois dernier.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom