Carlos Ghosn : La justice japonaise toujours à ses trousses

Le feuilleton concernant l’homme d’affaires Carlos Ghosn n’a pas fini de livrer tous ses épisodes. L’ancien PDG du constructeur automobile français Renault, est poursuivi par la justice japonaise pour malversations financières. Il était placé en résidence surveillée dans la capitale japonaise Tokyo, après avoir été emprisonné durant six mois, quand il a fui du pays à la fin du mois de décembre dernier pour se rendre au Liban.

Une demande d’arrestation d’Interpol

L’homme de 65 ans rejette tous les faits qui lui sont reprochés, mais les autorités japonaises ne l’entendent pas de cette oreille. Elles veulent que Carlos Ghosn soit extradé au Japon pour faire face aux poursuites judiciaires auxquelles il s’est soustrait. Suite à son arrivée au Liban, la diplomatie japonaise avait demandé le retour de Carlos Ghosn à Tokyo sous peine de représailles diplomatiques.

Publicité

Cependant, le Liban ne dispose pas d’accord d’extradition avec le Japon. La justice libanaise avait également interdit à l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi de sortir du pays. Au début du mois de janvier, Carlos Ghosn avait par ailleurs fait l’objet d’une demande d’arrestation d’Interpol.

C’est dans ce contexte que la justice japonaise a émis ce jeudi 30 janvier 2020 à l’encontre de l’ancien chef d’entreprise un mandat d’arrêt, pour le non-respect des conditions de sa liberté sous caution au Japon. D’autres mandats d’arrêt visent également ses trois présumés complices.

Il n’a pas donné de détails sur son évasion

A en croire les journaux japonais, ces derniers sont George Zayek, âgé de 60 ans, Peter Taylor âgé de 26 ans et son père ex-membre des forces spéciales américaines, âgé de 59 ans Michael Taylor. Carlos Ghosn est suspecté de s’être caché dans un caisson de matériel audio. Il aurait profité du fait qu’il n’y avait pas jusqu’à présent de vérifications de bagages aux rayons X pour les jets privés, à l’aéroport international de Kansai pour s’échapper. Pour l’heure, le fugitif n’a pas donné de détails concernant son évasion du Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires