Coronavirus : un maire iranien infecté

En Iran, l’épiderme de coronavirus a pris une ampleur inattendue. En effet, ‘en l’espace d’une petite semaine, pas moins de 18 personnes ont été confirmées comme porteuse du virus alors que quatre autres sont décédées. La plupart des cas ont été recensés du côté de Qom, à quelque 150 kilomètres de la capitale iranienne, Téhéran.

Parmi les personnes touchées, Morteza Rahmanzadeh, maire du 13e district de la capitale. Hospitalisé vendredi, il a été testé positif au nouveau coronavirus. Une annonce qui a provoqué l’émoi d’autant qu’elle marque une nouvelle étape dans l’internationalisation de la maladie alors qu’il y a encore quelques jours, l’Iran n’avait pas eu affaire au moindre cas.

Publicité

18 malades recensés en Iran

Depuis le début de la maladie, 2.348 personnes ont perdu la vie dont 13 personnes hors des frontières chinoises, notamment en France ou une personne, un voyageur chinois de 80 ans environ est également décédé des suites de complications liées à la maladie. Forcément inquiètes face à la possibilité de voir le virus débarquer sur place, les autorités irakiennes ont elles, décidé ce 20 février, d’interdire l’entrée sur son sol aux Iraniens et aux ressortissants irakiens revenant d’Iran et ce, jusque’à nouvel ordre.

Le monde, toujours suspendu

Au Proche et Moyen-Orient, les gouvernements sont tous en état d’alerte. Ainsi, au Liban, un premier cas a été confirmé le 21 février dernier, une femme revenant de la ville de Qom ayant été testée positive. Aux Émirats, la situation a elle aussi pris une ampleur soudaine puisque pas moins de neuf cas ont été annoncés par les autorités. En Europe, si les cas semblent être bien maitrisés par les autorités locales, la situation pourrait bien prendre une nouvelle tournure, notamment en Italie ou une dizaine de villes ont décidé de se refermer sur elles-mêmes après la multiplication de cas de coronavirus chez des personnes n’ayant eu aucun rapport de près ou de loin avec la Chine ou un voyageur en revenant.

Enfin, l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, a récemment appelé les gouvernements à tout faire afin d’enrayer la maladie. L’idée ici est de débloquer les fonds nécessaires afin de permettre aux chercheurs d’avancer rapidement sur un possible vaccin. Selon les représentants de l’organisation, la fenêtre de tir se réduit de jour en jour et l’espoir de trouver une solution au problème du coronavirus s’amenuise au fur et à mesure que le temps passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité