Fresque d’Adama Traoré : ultimatum lancé au maire de Stains

La récente fresque dessinée sur un mur de la ville de Stains, visant à rendre hommage à Adama Traoré et à dénoncer les violences policières, ne passe pas du tout auprès des autorités. 200 policiers se sont d’ailleurs rassemblés sur le parvis de la préfecture de Seine-Saint-Denis, afin de dénoncer ce qu’ils considèrent comme un véritable tacle.

Dans les faits, le syndicat Alliance de la police a été reçu par le préfet qui a confirmé qu’il allait demander au maire de la ville afin d’effacer le mot policier de la phrase « racisme, violence et policiers », dans le but qu’aucun amalgame ne soit fait. Le préfet souhaite d’ailleurs le mettre en demeure afin de l’obliger à rapidement réagir. Selon les représentants du syndicat, la situation tend d’ailleurs à aller un peu trop loin, les forces de l’ordre étant à ses yeux le reflet et le symbole d’une société unie et diverses.

Publicité

Une fresque qui sème la discorde

Au même moment, 150 personnes se sont données rendez-vous du côté de Stains afin de soutenir cette fresque. Soucieux de la voir perdurer, Assa Traoré, à la tête des manifestations, a pour sa part affirmé qu’elle allait également agir au nom du Comité Adama Traoré, afin que personne ne touche à cette fresque. Selon elle, effacer et recouvrir cette fresque, c’est nier l’existence même de ce dernier. Elle souhaite ainsi que les manifestants continuent de célébrer son frère en se rendant sur ces lieux.

Le maire de Stains, entre deux feux

De son côté, Azzédine Taïbi, maire communiste de Stains, a décidé de réagir. S’il considère cette fresque comme une expression artistique et pacifiste de la douleur des manifestants, ce dernier ne souhaite toutefois pas que les nombreux rassemblements soient synonymes de menace et de troubles à l’ordre public. Selon lui cependant, il faut continuer à lutter contre les actes de répression et de racisme de certains représentants des forces de l’ordre.

2 réponses

  1. Avatar de Pluton92
    Pluton92

    Si Adama Traoré avait respecté les injonctions des policiers, il serait sans doute encore en vie. Non pas parce que les policiers ne l’auraient pas tué mais parce qu’il ne serait pas mort de ses problèmes de santé. Marre de l’exploitation de ces décès qui sont de la responsabilité des victimes et d’elles seules uniquement.

    1. Avatar de Walter
      Walter

      Exact,ils ne respectent pas la loi mais après ils demandent justice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *