Un imam crée la polémique avec des conditions imposées pour un divorce

Au Danemark, un iman déclenche la controverse en rédigeant un acte de divorce basé sur la Charia. Les faits se sont déroulés à Odense. Le maire de cette commune a déposé une plainte contre  le leader religieux pour  « violences psychiques » contre une femme qui ne s’est pourtant pas opposée aux conditions imposées par le document de 3 pages. En effet selon l’acte de divorce, si celle-ci  emménage à plus de 130 kilomètres de son ancienne maison ou fréquente un autre homme, elle doit accepter de perdre la garde de ses enfants. Cette sanction est aussi valable si elle se rend coupable de comportement entachant son honneur et celui de sa famille.

« Cette femme n’a pas divorcé. Elle est soumise au contrôle de son mari et de son imam »

Le document impose également à la femme un remboursement des frais de dot payés par son  ex-mari. Ces frais ont été fixés à 77 mille couronnes soit quelque 10 mille euros. L’autre contrainte de cet acte basé sur la loi islamique c’est l’obligation faite à la femme d’enseigner le Coran à ses deuxenfants dans la langue arabe. Elle doit également leur apprendre à prier cinq fois par jour sous peine de voir le divorce voler en éclat. Selon le maire Peter Rahbæk Juel qui a porté plainte contre l’Iman au nom de ses administrés, il est clair que « cette femme n’a pas divorcé ». Elle est plutôt « soumise au contrôle de son mari et de son imam ». «Cette violence psychologique, perpétrée au moyen de la charia, est inacceptable » a-t-il assuré.

Publicité

Si sa plainte prospérait, le leader religieux risquerait trois ans de prison et une amende. Le maire d’Odense est décidé à envoyer « un signal clair aux imams et aux prédicateurs qui pratiquent la Charia pour leur rappeler qu’elle est punissable au Danemark ». L’iman qui a pondu l’acte de divorce s’était déjà illustré en 2005 en initiant un mouvement de protestation contre les caricatures de Mahomet publiées à l’époque par Jyllands-Posten, un journal danois. Il avait mobilisé à cet effet les musulmans du Liban, de l’Egypte et de la Syrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité