, ,

Côte d’Ivoire : Gbagbo s’inquiète de la violence sans fin dans le pays

Le 17 juin, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, évincé pendant la crise de 2011 et acquitté des crimes de guerre à La Haye, est rentré chez lui après une décennie d’exil. M. Gbagbo a atterri à Abidjan, principale ville de Côte d’Ivoire, en fin d’après-midi sur un vol commercial en provenance de Bruxelles avant de se rendre au siège de son parti dans la banlieue abidjanaise. Tout au long du trajet, l’ancien président a été ovationné par des centaines de partisans sortis l’accueillir. Ce dimanche, Laurent Gbagbo livrait son premier communiqué officiel en terre ivoirienne.

Laurent Gbagbo de retour…

Ce dimanche, l’ancien détenu de La Haye s’est présenté à la cathédrale Saint-Paul d’Abidjan, où il a été accueilli par le cardinal Jean Pierre Kutwa. L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo s’était déplacé pour assister à sa première messe catholique en terre ivoirienne depuis son retour jeudi dernier. Un retour qui avait vu des centaines de partisans se présenter à l’Aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, pour l’accueillir dès sa descente d’avion.

Publicité

Et ensuite se masser le long du trajet depuis l’aéroport jusqu’au siège de son Parti. À cette occasion l’ancien président avait le micro en main, tenu à saluer la foule de sympathisants et à rendre hommage à toutes les personnes qui l’ont soutenu durant son exil à La Haye d’abord, à Bruxelles ensuite et enfin à Abidjan.

« Le chemin de la réconciliation est encore long »

Seulement sur les réseaux sociaux avaient émergé des informations faisant état de violences policières vis-à-vis des partisans, avec des personnes blessées et d’autres interpellées. Aucunes informations officielles par contre n’étaient encore venues étayer ces rumeurs. Ce dimanche pourtant, Laurent Gbagbo par l’intermédiaire d’un communiqué officiel signé de son porte-parole Justin Katinan Koné, a tenu à remercier les sympathisants sortis pour l’accueillir jeudi dernier.

Mais surtout, Laurent Gbagbo a tenu « dans un souci d’apaisement » et « pour donner enfin une chance à la réconciliation de prospérer pour que la paix s’installe définitivement dans le pays », à appeler « à la libération de toutes les personnes qui ont été interpellées dans le cadre de son accueil ».

Publicité

Laurent Gbagbo, qui a tenu à préciser être « irréversiblement » engagé « dans la recherche de la paix »,  a regretté « des scènes de violences que rien ne justifiait ». Des violences qui « montrent à suffisance que le chemin de la réconciliation est encore long ». Et le communiqué d’ajouter en substance : « Pourtant nous n’avons pas d’autre choix que d’aller jusqu’au terme de ce chemin ».

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Partout où la France passe, il y a violence en Afrique. Il ne faut pas qu’il en soit étonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *