Cuba : la Russie accuse sans nommer les USA d’ingérence inadmissible

La télévision d’État cubaine a signalé dimanche des émeutes qui s’étaient produites dans plusieurs villes de la république, avec la destruction de plusieurs magasins. Auparavant, des manifestations de masse avaient commencé dans la ville de San Antonio de los Banos située à 24 kilomètres au sud de La Havane. Le président Miguel Diaz-Canel a exhorté les défenseurs de la révolution cubaine à descendre dans la rue pour empêcher les provocations contre les autorités.

La Russie qui a indiqué surveiller de près la situation dans le pays, estime qu’une ingérence extérieure est inadmissible, a déclaré lundi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. « Nous suivons de près la situation à Cuba et dans ses environs », a-t-elle souligné. « Nous considérons comme inacceptables l’ingérence extérieure dans les affaires intérieures d’un État souverain et d’autres actions destructrices qui encourageraient la déstabilisation de la situation sur l’île », a-t-elle dénoncé sans nommé un pays.

Publicité

Les Yankees ont toujours soutenu le blocus

D’après le président cubain, « les Yankees qui ont toujours soutenu le blocus (…) recherchent une intervention humanitaire » et encouragent également les campagnes visant à répandre l’idée que le gouvernement ne pourrait pas contrôler la situation épidémiologique difficile. Toutefois selon Zakharova, les autorités cubaines « prennent toutes les mesures nécessaires pour rétablir l’ordre public dans l’intérêt des citoyens du pays dans le cadre de la Constitution nationale et de la législation nationale en vigueur ».

« Nous nous tenons aux côtés du peuple cubain »

Dans un communiqué de la Maison Blanche ce lundi 12 juillet, le président Joe Biden « appelle le régime cubain à entendre son peuple » et son « appel vibrant à la liberté ». « Nous nous tenons aux côtés du peuple cubain, et de son appel vibrant à la liberté ainsi qu’à être délivrés de la dramatique emprise de la pandémie, et des décennies de répression et de souffrance économique imposées par le régime autoritaire », a affirmé le président démocrate.

De son côté, le président cubain a accusé Washington de mener « une politique d’asphyxie économique pour provoquer des troubles sociaux » sur l’île, au lendemain de manifestations historiques. Une position derrière laquelle la Russie se serait alignée accusant les Etats-Unis sans le nommer d’ingérence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *