,

Esclavage : l’ONU pour une justice réparatrice des séquelles

Les peuples africains ont longtemps souffert de l’esclavage. Aujourd’hui, même si la traite des esclaves est reconnue comme un crime contre l’humanité, certaines personnes continuent de profiter de cet héritage notamment par le racisme. Cette question a été abordée par la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui a plaidé pour une justice réparatrice des séquelles de l’esclavage.

Elle a demandé la mise en place d’un calendrier

Face au Conseil des droits de l’homme, elle a demandé qu’un mécanisme soit mis en place, ainsi qu’un calendrier dans le but de faire avancer la justice et l’égalité sur le plan racial. « Derrière le racisme systémique et la violence raciale d’aujourd’hui se cache l’absence de reconnaissance formelle des responsabilités des Etats et des autres acteurs qui ont participé ou profité de l’esclavage, de la traite transatlantique des esclaves africains et du colonialisme – ainsi que de ceux qui continuent à profiter de cet héritage » a déclaré Michelle Bachelet. Elle a par ailleurs condamné la répression des manifestations contre le racisme dans plusieurs pays.

Publicité

« Il est essentiel d’établir la vérité sur ces héritages »

« Face à ces injustices profondes et de grande ampleur, il est urgent de s’attaquer aux séquelles de l’esclavage, de la traite transatlantique des esclaves, du colonialisme et des politiques et systèmes successifs de discrimination raciale, et de rechercher une justice réparatrice » a encore martelé la Haute-Commissaire avant d’ajouter : « Pour guérir nos sociétés et rendre justice aux crimes terribles, il est essentiel d’établir la vérité sur ces héritages et leur impact aujourd’hui, et de prendre des mesures pour remédier à ces préjudices grâce à un large éventail de mesures de réparation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires