Renvoi de migrants en Libye : un capitaine condamné en Italie

Giuseppe Sotgiu, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été reconnu coupable par un tribunal italien d’avoir violé les lois internationales qui interdisent le retour forcé de personnes vers des pays où elles sont en danger. Le capitaine de navire, a écopé d’un an de prison après avoir remis 101 migrants aux garde-côtes libyens après les avoir secourus en mer Méditerranée.  Il s’agit de la première condamnation dans ce type d’infraction entendu par les tribunaux italiens.

Le capitaine Giuseppe Sotgiu, pilotait un navire offshore battant pavillon italien approvisionnant des plates-formes pétrolières au large de la Libye, Asso 28, au moment du sauvetage le 30 juillet 2018. Les migrants dont cinq femmes enceintes et cinq mineurs, ont été récupérés dans un canot en état de navigabilité et remis aux garde-côtes libyens dans le port de Tripoli. Pour les organisations internationales qui œuvrent pour les opérations de sauvetage, bien qu’il s’agisse dans le cas présent d’un « pas dans la bonne direction », la responsabilité de la Libye et des États de l’Union européenne restent également à déterminer.

Publicité

Les exactions des garde-côtes libyens

« Si vous condamnez une personne pour avoir remis des migrants aux [garde-côtes libyens], vous mettez en question la légitimité de cette autorité », a confié à Al Jazeera, la porte-parole en Italie de l’organisation non gouvernementale allemande Sea Watch, Giorgia Linardi. L’Italie et l’UE ont financé et formé les garde-côtes libyens spécifiquement pour arrêter le flux de migrants. En juillet dernier, des membres de Sea Watch ont filmé les autorités maritimes libyennes pourchassant un bateau de migrants bondé et tirant dans sa direction, dans un effort apparent pour l’empêcher de traverser la mer Méditerranée vers l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *