« Taïwan est un vagabond qui finira par rentrer chez lui » selon Pékin

Le chef de la diplomatie chinoise a déclaré lundi que Taïwan est un « vagabond » qui finira par rentrer chez lui et non une pièce d’échecs avec laquelle jouer, provoquant une forte riposte de Taipei. La Chine revendique Taïwan gouverné démocratiquement comme son propre territoire et a intensifié ses pressions militaires et diplomatiques au cours des deux dernières années pour faire valoir ses revendications de souveraineté, alimentant la colère du gouvernement de l’Île et une profonde inquiétude à Washington.

S’exprimant à Pékin, le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré que la cause des tensions actuelles était les tentatives du gouvernement de Taïwan de « s’appuyer sur les États-Unis pour l’indépendance » et les États-Unis et d’autres pays essayant d’« utiliser Taïwan pour contrôler la Chine ». « Ce sont ces actions perverses qui ont changé le statu quo et sapé la paix dans le détroit de Taiwan, violant le consensus de la communauté internationale et les normes fondamentales des relations internationales », a déclaré Wang, ancien chef du bureau chinois des affaires de Taïwan.

Publicité

Des contre-mesures énergiques 

Ce dernier a indiqué que la Chine a pris des « contre-mesures énergiques » pour « choquer l’arrogance » de ceux qui cherchent à obtenir l’indépendance officielle de Taïwan, a-t-il déclaré. « Taïwan est un vagabond qui finira par rentrer chez lui, pas une pièce d’échecs à utiliser par d’autres. La Chine doit et sera réunifiée », a-t-il assuré. Le Conseil des affaires continentales de Taïwan, chargé de l’élaboration des politiques, a déclaré en réponse que l’île n’avait jamais fait partie de la République populaire de Chine. « Ce n’est ni un vagabond ni une pièce d’échecs », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Taïwan ne cédera pas aux menaces

« Seuls les 23 millions d’habitants de Taïwan ont le droit de décider de l’avenir de Taïwan et n’accepteront absolument pas la voie tracée par un système politique autocratique », indique le communiqué. La Chine a été particulièrement irritée par le soutien apporté à Taïwan par les États-Unis, le plus important bailleur de fonds international et fournisseur d’armes de l’île malgré l’absence de relations diplomatiques formelles. Le gouvernement de Taïwan a dénoncé à plusieurs reprises la pression de la Chine, affirmant qu’il ne céderait pas aux menaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité