Vénus : la Russie va lancer des missions entre 2029 et 2034

Des scientifiques russes veulent envoyer trois missions vers Vénus entre 2029 et 2034. La dernière mission pour la première fois de l’histoire tentera de livrer des échantillons de l’atmosphère, des aérosols et du sol de cette planète à la terre, selon Lev Zelenyi, le directeur scientifique de l’Institut de recherche spatiale (IKI) de l’Académie russe des sciences, « Nous ne pensons plus à une mission Venera-D, mais à tout un programme… Une histoire absolument fantastique de livraison de sol depuis Vénus est considérée comme la mission finale », a déclaré Zelenyi mardi à Moscou.

Selon sa présentation, trois missions dans le cadre du programme russe d’exploration de Vénus sont prévues pour 2029, 2031 et 2034. En 2029, le vaisseau spatial Venera-D avec ses modules orbital, d’atterrissage, de démonstration et atmosphérique ira chez le voisin de la Terre. L’expédition 2 est prévue pour 2031. L’expédition 3, que les scientifiques veulent lancer en 2034, comprendra des modules de vol et de ballon, des véhicules d’atterrissage et de retour.

Publicité

Une mission conjointe sur Vénus avec les USA

En novembre dernier, la Russie et les États-Unis avaient confirmé leur intention d’organiser une mission conjointe sur Vénus, avait déclaré le directeur général de l’agence spatiale russe, Roscosmos, Dmitri Rogozine dans une interview à la chaîne YouTube Soloviov Live. « Nous nous sommes mis d’accord avec les Américains sur une mission conjointe sur Vénus. Vénus était traditionnellement considérée comme la planète russe. C’est le vaisseau spatial soviétique qui s’y est posé », a-t-il déclaré.

Il a expliqué que ce travail conjoint contribuera à simplifier cette tâche du point de vue de l’économie, de la technologie et de la science. « Il est plus facile de résoudre de tels problèmes ensemble, en utilisant les talents de nos scientifiques, et en même temps, ce sera économiquement plus simple et plus fiable en termes de fonctionnement de la technologie, etc. Par conséquent, les États-Unis sont également intéressés », a déclaré Rogozine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité