Russie: les missiles iraniens pourraient changer la donne

La guerre en Ukraine lancée depuis quelques mois par le président russe Vladimir Poutine se caractérise notamment par l’utilisation des armes dans le conflit. Alors que les missiles américains Himars se sont fait remarquer de par leur efficacité sur le terrain, certaines armes de fabrication iranienne pourraient changer la donne. Il s’agit en effet des missiles balistiques Fateh-110 ou encore le Zolfaghar. Ces armes comparées aux lance-roquettes multiples Himars, qui ont une portée maximale de 80 km, peuvent atteindre plusieurs centaines de kilomètres de portée. Selon les informations du média Newsweek, le Zolfaghar a une portée de 700 kilomètres et le Fateh-110 peut atteindre 300 kilomètres.

Le Zolfaghar dispose d’une précision de près 15 mètres

Même si les deux missiles ont de plus longues portées que les lance-roquettes américains Himars, ceux-ci se révèlent plus précis. En effet, Les Himars américains ont la capacité de frapper une cible avec une précision d’un mètre. Cependant, le Zolfaghar dispose d’une précision de près 15 mètres et le Ftaeh-110 une précision située entre 5 et 10 mètres. Notons que ces informations interviennent quelques jours après que les USA ont indiqué que la Russie achètera des missiles iraniens. Pour Washington, Téhéran ne serait pas à son premier coup, puisqu’il avait déjà convoyé des drones vers Moscou.

Publicité

Il s’agissait Drones qui avaient servi notamment à frapper Kiev. D’après le Washington Post des émissaires iraniens se seraient rendus à Moscou pour discuter des livraisons de missiles à la Russie de Vladimir Poutine. Les États-Unis à travers ses services de renseignement et la presse constatent un rapprochement certain entre l’Iran et la Russie. Ils soutiennent que Téhéran livre du matériel militaire à la Russie depuis quelque temps. Toujours selon le quotidien américain, le gouvernement iranien aurait envoyé le mois dernier des responsables en Russie pour échanger sur les conditions d’augmentation de la quantité d’armes à livrer au Kremlin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *