,

Sénégal : après ses gardes de corps, le chauffeur de Sonko arrêté

Des têtes continuent de tomber dans l’affaire de bagarre qu’il y a eue au tribunal de Dakar le jour de l’audition du maire de Ziguinchor, Ousmane Sonko. Après ses gardes de corps qui ont été arrêtés et placés sous mandat de dépôt, le chauffeur du leader du Pastef vient aussi d’être arrêté alors qu’il s’était rendu au commissariat pour déposer une plainte. D’autres enquêtes sont en cours et le dossier est suivi de très près par les avocats de la défense.

Le jeudi 03 novembre dernier, lors de l’audition de l’opposant Ousmane Sonko dans l’affaire de viol qui l’oppose à la masseuse Adji sarr, ses sympathisants ont été impliqués dans une bagarre à Tchicky, Dakar. Au cours de l’intervention policière, les agents ont mis la main sur cinq gardes de corps rapprochés de Sonko. Le procureur du département de Mbour a alors instruit l’ouverture d’une enquête afin d’identifier les auteurs d’actes de violence.

Publicité

D’ailleurs, le chauffeur de Ousmane Sonko, Mamadou Lamine Diatta vient d’être interpellé. Ce dernier s’était rendu au poste de la gendarmerie pour déposer une plainte toujours dans le cadre l’affaire de Tchiky. Un dossier qui devient très complexe, mais que l’avocat de défense Me Abdoulaye Tall, rassure d’être en train de suivre de près. « Nous suivons de très près ce dossier. Nous attendons que la Justice fasse son travail. Nos militants, qui sont blessés, ont au moins des certificats médicaux de 15 jours avec des voitures qui ont été caillassées. Donc, nous attendons une enquête diligente de ces plaintes ».

Selon Me Abdoulaye Tall, d’autres personnes comme : Ousmane Diop, un des chauffeurs du convoi, Lamine Diambang et Mapathé Mbaye ont aussi été blessées dans leur camp lors des affrontements à Thicky. Ils ont aussi de leur côté déposé des plaintes contre les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie de Saly. La section de recherche de son côté continue la traque contre trois autres personnes pouvant servies à l’évolution de l’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *