,

Décès à 128 ans de la «personne la plus âgée du monde» en Afrique du Sud

Le monde a perdu l’une de ses personnes les plus âgées connues avec le décès de Johanna Mazibuko en Afrique du Sud au début de ce mois de Mars. Cette femme extraordinaire avait traversé trois siècles différents et est décédée à l’âge de 128 ans, selon les rapports locaux cités par des médias internationaux dont entres autres Paris Match Belgique depuis quelques heures. Selon des sources concordantes, elle avait des documents d’identité prouvant qu’elle était née le 11 mai 1894 et aurait eu 129 ans en mai.

Johanna Mazibuko était née et avait grandi dans une ferme de maïs et n’avait jamais été scolarisée. Elle ne savait ni lire ni écrire, selon ses proches. Elle a eu sept enfants au cours de sa vie et a vécu dans une province de l’Afrique du Sud. Sa belle-fille et soignante, Thandiwe Wesinyana, a déclaré à News24 que Mazibuko était peut-être décédée d’un accident vasculaire cérébral rapporte le Daily Mail. Sa mort a été un choc pour sa famille et sa communauté, qui la considérait comme une figure respectée et vénérée.

Publicité

Mazibuko a vécu une vie longue et, comme elle l’a exprimé lors de son 128e anniversaire au site News24, elle était étonnée de savoir pourquoi elle était toujours là après tant d’années. Elle se demandait pourquoi elle était toujours en vie alors que tant de gens autour d’elle mouraient. « Je suis étonnée de savoir pourquoi je suis toujours ici après tant d’années. Pourquoi suis-je toujours là ? Des gens autour de moi meurent » aurait affirmé la femme selon le média britannique. « Quand vais-je mourir? Quel est l’intérêt d’être en vie ? Le monde m’a fatiguée parce que je suis juste assise ici à ne rien faire« , aurait poursuivi Mazibuko selon le même média.

Malgré les défis qu’elle a pu rencontrer tout au long de sa vie, Johanna Mazibuko, qui avait eu sept enfants et plus de 50 petits-enfants et arrière-petits-enfants et a vécu sur trois siècles différents, a laissé derrière elle un héritage de force et de résilience. Elle sera enterrée samedi à Jouberton, Klerksdorp, et sa mémoire sera honorée par ceux qui l’ont connue et aimée. Il faut préciser que comme Johanna Mazibuko, tous ses enfants n’ont pas fréquenté l’école et ont été élevés à la ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *