Brésil: Lula refuse de rencontrer Zelensky lors de son escale

Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, connu pour ses positions tranchées sur la guerre en Ukraine, a encore frappé. Lors d’une escale impromptue de l’avion du président ukrainien Volodymyr Zelensky au Brésil, en route pour l’investiture du nouveau président argentin Javier Milei, Lula a refusé de le rencontrer. Ce refus a été rapporté par le média brésilien O Globo et citant des sources diplomatiques brésiliennes.

Selon la presse brésilienne, le refus de Lula da Silva s’explique par la nature inattendue et peu conventionnelle de cette demande de rencontre. Effectuée « au tout dernier moment« , cette requête est intervenue alors que Lula participait au sommet des chefs d’État des pays membres du Marché commun de l’Amérique du Sud (Mercosur) à Rio de Janeiro.

Publicité

De plus, les circonstances inhabituelles de l’escale de l’avion de Zelensky, sur une base aérienne de Brasilia pour un simple ravitaillement, ont rendu une telle réunion impraticable, d’autant plus qu’elle aurait eu lieu sans aucune préparation ni préavis selon les mêmes sources.

Une position jugée pro-russe par Kiev

Depuis son accession à la présidence brésilienne, Lula da Silva a adopté une posture de médiateur potentiel dans le conflit ukrainien. Affirmant que la Russie est un garant de la paix durable dans le monde, il a pris des initiatives pour encourager le dialogue entre Moscou et Kiev, y compris en proposant un nouveau format international pour faciliter ces discussions. Il s’est même déclaré prêt à servir de médiateur pour des discussions directes entre Poutine et Zelensky. Une position non soutenue par Kiev.

Cependant, les propos tenus par Lula da Silva en avril dernier, lors d’une rencontre avec des journalistes à Brasilia n’ont sûrement pas plu à Kiev. Il avait alors suggéré que Zelensky devrait renoncer à la Crimée tout en affirmant que la Russie ne comptait pas occuper toute l’Ukraine et en rajoutant, non sans agacement, que Zelensky ne pouvait pas tout exiger.

Publicité

Dans le prolongement de son engagement pour une résolution pacifique du conflit, Lula a même formulé une proposition de médiation par un groupe de plusieurs pays. Rappelons que Lula da Silva a toujours manifesté son opposition à l’envoi des armes à l’Ukraine, allant même jusqu’à refuser de fournir des munitions de chars à Kiev en janvier dernier. Pour le président Brésilien, envoyer des armes ne fera qu’envenimer la situation.

Cet incident récent avec Zelensky souligne la position délicate du Brésil dans le contexte géopolitique actuel. Entre la volonté de jouer un rôle de médiateur et les liens avec la Russie de Poutine, Lula da Silva joue avec un équilibre précaire, tentant de maintenir une neutralité qui n’est pas perçue comme tel par Kiev.

Une réponse

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    LULA oublie que L’Ukraine défend l’intégrité de son territoire, et se bat pour pour son indépendance en voulant sortir du camp de joug colonial Russe. Seul lui savait sur quels critères il a refusé de rencontrer le président Ukrainien. Il joue la carte russe et oublie ainsi donc les normes diplomatiques. Et c’est malheureux de sa part.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *