Explosion en Guinée : Macky Sall vole au secours des victimes

Dans la nuit du 17 au 18 décembre, la Guinée Conakry a été victime d’un terrible drame. C’est à Kaloum, quartier historique de la capitale guinéenne, que le terrible évènement a eu lieu. En effet, un incendie s’est déclaré au niveau du dépôt principal d’hydrocarbures de la Société nationale de pétrole (SGP).

Selon des sources concordantes, les dégâts occasionnés par cet incendie sont considérables. Malheureusement, le bilan actuel est lourd. 11 décès et 88 blessés graves ont été enregistrés et ce bilan pourrait s’alourdir au fur et à mesure de la progression des équipes d’intervention sur le terrain. De mémoire de guinéen, l’incendie de Kaloum est l’une des pires catastrophes que le pays ait connues au cours de cette décennie.

Publicité

Le gouvernement guinéen a enclenché un plan d’urgence pour porter assistance aux rescapés de l’incendie et prévenir d’autres éventuels départs d’incendie dans la zone du dépôt d’hydrocarbures de la SGP. Face à l’ampleur du drame, le Sénégal a décidé d’agir pour venir en aide à la Guinée Conakry. En effet, le président sénégalais Macky Sall a ordonné l’envoie d’une équipe de secours à Conakry.

Les secouristes du pays de la Teranga auront pour mission d’aider leurs collègues guinéens à coordonner les opérations de secours et à mettre en place des cellules d’urgence pour assister les sinistrés. Selon des informations émanant de la presse guinéenne, les sapeurs-pompiers sénégalais ont atterri par vol militaire en Guinée dans l’après-midi de ce lundi 18 décembre. Dans la zone de l’Afrique de l’Ouest, le Sénégal est pour le moment le seul pays à avoir envoyé une mission de secours en Guinée Conakry.

Des sources affirment que le président Macky Sall est tenu informé de l’évolution de la situation sur place. En fonction des besoins exprimés par les autorités guinéennes, le Sénégal pourrait activer d’autres mécanismes d’aide dans les jours à venir. Le drame de Kaloum vient rappeler la nécessité de renforcer les mesures de sécurité autour des dépôts d’hydrocarbures et autres produits hautement inflammables. On se souvient de la terrible explosion qui a eu lieu au port de Beyrouth au Liban en 2020. Ce drame avait entraîné la mort de plus de 200 personnes et occasionnés 6500 blessés. Les enquêtes avaient révélé que c’est l’explosion d’un entrepôt dans lequel étaient stockées des milliers de tonnes de nitrate d’ammonium qui a provoqué la catastrophe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *