Mali: le pouvoir Goïta installe les services sociaux à Kidal (vidéo)

Cela fait quelques semaines maintenant que les forces de défense et de sécurité du Mali ont repris la ville stratégique de Kidal. La bataille dans la région de Kidal fut intense. Les militaires maliens et les membres du Cadre stratégique permanent (CSP) se sont livrés une bataille âpre pendant de nombreux jours. Au final, c’est l’armée malienne qui s’est imposée. La prise de Kidal constitue une étape importante dans le processus de sécurisation du Mali.

Après les combats, le gouvernement malien a enclenché divers mécanismes dans l’optique de réinstaller l’administration et favoriser le retour d’un grand nombre des habitants de Kidal. Pour administrer la Ville de Kidal, le président Assimi Goita a nommé au poste de gouverneur, le général Alhadj Ag Gamou. En plus de veiller à la sécurisation de la ville, le haut gradé de l’armée aura pour mission de mettre en place des initiatives pour pacifier les alentours de Kidal et promouvoir la reprise des activités économiques.

Publicité

Tout récemment, le général Alhadj Ag Gamou a procédé à l’installation des services sociaux à Kidal. « Nous appelons tous les ressortissants de Kidal qui à un moment ou un autre ont fui la ville de revenir. Ils peuvent revenir chez eux sans problème et nous les attendons pour relever ensemble le défi du développement socio-économique. Les forces de sécurité sont déployées dans toute la zone afin d’assurer la sécurité des populations locales » a déclaré au micro de la télévision nationale, le général Alhadj Ag Gamou.

La télévision nationale malienne a par ailleurs indiqué que les services de l’administration tournent à plein régime au plus grand bonheur de la population de Kidal. La désignation du général Ag Gamou au poste de gouverneur de Kidal a suscité un véritable vent d’espoir à Kidal. L’homme est une personnalité très appréciée et d’aucuns estiment qu’avec son leadership, il pourra redresser Kidal. Depuis 2012, le Mali fait face à une harassante crise sécuritaire.

En plus des mouvements indépendantistes qui entretiennent des relations exécrables avec le pouvoir central, il y a les groupes armés terroristes qui sèment la désolation dans diverses régions du pays. Pour aider le Mali à retrouver sa stabilité, la communauté internationale s’était mobilisée. C’est d’abord la France, qui, avec la mission Serval (elle deviendra Barkane) s’est déployé au Mali pour circonscrire l’avancée des groupes djihadistes. Par la suite, l’ONU va mettre en place la MINUSMA avec plusieurs contingents africains pour assister Barkane.

Publicité

D’autres pays de l’Union Européenne apporteront leur pierre à l’édifice. Au fil des années, ces différentes missions de maintien ont montré leurs limites. Malgré la présence de toutes ces forces militaires, la situation sécuritaire du Mali ne s’améliorait pas. Dès lors, les populations ont commencé à exprimer leurs ras-le-bol et ont demandé le départ de toutes les forces internationales. Barkhane a plié bagage et la MINUSMA est dans sa phase finale de retrait du Mali.

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Petit à petit, l’oiseau fait son nid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *