Technologie: la Chine prend une décision radicale

La récente décision de la Chine d’interdire l’exportation de technologies essentielles liées à l’extraction et à la séparation des terres rares secoue le commerce mondial. Cette initiative, justifiée par Pékin comme une mesure de sauvegarde de la sécurité nationale, promet de bouleverser profondément l’équilibre économique mondial.

Les terres rares, composées de 17 éléments fondamentaux, représentent une ressource incontournable dans le développement de diverses technologies modernes, des batteries électriques aux équipements militaires en passant par les smartphones et les éoliennes.

Publicité

Depuis des mois, cette menace planait, amplifiée par les précédents de conditionnement d’exportations de métaux stratégiques tels que le gallium et le germanium. Cependant, l’annonce récente marque un tournant critique dans l’histoire du commerce mondial. Cette décision confirme la dépendance presque totale des autres États, notamment ceux du Vieux Continent, vis-à-vis des exportations chinoises pour alimenter leurs secteurs technologiques clés.

La Chine, par le biais de cette interdiction, aspire à consolider sa suprématie dans les enjeux d’indépendance technologique, exacerbant ainsi ses tensions avec les États-Unis et accentuant sa position de leader mondial. Contrôlant déjà environ les trois-quarts de la production mondiale de terres rares, cette nouvelle politique s’avère être une stratégie déterminante pour renforcer sa position dominante dans le domaine.

La décision de restreindre l’exportation des technologies d’extraction, de traitement et de fusion des terres rares, tout en préservant les exportations des produits finis, risque de compromettre les efforts de développement technologique en dehors de la Chine. Cette démarche laisse entrevoir un paysage économique où la Chine pourrait avoir le contrôle absolu des ressources nécessaires à l’innovation technologique, plongeant ainsi d’autres nations dans une dépendance exacerbée à l’égard de ses politiques commerciales.

Publicité

Les terres rares, bien que relativement abondantes, possèdent des propriétés électromagnétiques recherchées qui les qualifient de « métaux stratégiques ». Avec la demande mondiale de technologies bas-carbone prévue pour croître de manière exponentielle d’ici 2040, la nécessité de ces ressources pourrait augmenter considérablement. L’Agence internationale de l’énergie estime que cette demande pourrait atteindre près de 2 millions de tonnes par an d’ici là, comparé aux 280 000 tonnes en 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *