Terrorisme au Burkina: Ibrahim Traoré annonce de grands changements

Le 6 décembre 2023 a marqué une étape cruciale dans l’effort de sécurisation de la région nord du Burkina Faso, notamment à Djibo. Un convoi de ravitaillement a été sécurisé avec succès, transportant des biens essentiels tels que des vivres, des produits pharmaceutiques et du carburant. Cette opération complexe a été précédée par une série d’interventions militaires stratégiques, comprenant l’utilisation de drones et la neutralisation de menaces potentielles par des forces armées.

Ces préparatifs ont débuté le 5 décembre, avec la découverte d’une base ennemie près de Pensa, et se sont poursuivis le jour du ravitaillement avec la détection et la neutralisation de groupes armés dans les forêts de Bouro et la zone de Mentao.

Publicité

Dans ce contexte de tensions sécuritaires, le Président de la transition, Ibrahim Traoré, a annoncé une série de mesures militaires et économiques d’envergure. Sept bataillons d’intervention rapide ont été formés et déployés, et cinq autres sont en cours de formation. De plus, deux bataillons d’intervention aéroportée ont été créés, soulignant un renforcement significatif des capacités militaires du pays. Cette montée en puissance s’accompagne d’une modernisation de l’équipement des forces de sécurité intérieure, une première dans l’histoire du Burkina Faso.

Un volet économique

La stratégie du président Traoré ne se limite pas à l’aspect militaire. Il a également mis l’accent sur l’importance du soutien économique à ces efforts de sécurité. Traoré a averti les citoyens que la guerre a un coût et qu’il sera nécessaire de consentir à de nouveaux efforts financiers.

Des mesures spécifiques affecteront les travailleurs du secteur public et privé ainsi que les entreprises, avec un impact sur leur revenu brut. L’objectif de ces mesures est de financer une augmentation de 35% de la prime des Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) et de leur fournir une assurance-vie.

Publicité

Ces annonces interviennent dans un contexte où le Burkina Faso s’engage également dans des réformes politiques et linguistiques majeures. Le pays se prépare à abandonner le français comme langue officielle, marquant un tournant historique dans sa politique linguistique. Cette décision, bien que distincte des questions de sécurité, reflète une volonté d’affirmation de l’identité nationale et d’autonomie dans la gestion des affaires internes.

Le Burkina Faso, sous la direction d’Ibrahim Traoré, semble entrer dans une nouvelle ère de renforcement sécuritaire et d’indépendance politique. La réussite de l’opération de ravitaillement à Djibo et les annonces récentes indiquent une approche résolue et multidimensionnelle pour faire face aux défis actuels. Ces efforts, aussi bien sur le front militaire qu’économique et culturel, pourraient jouer un rôle crucial dans la stabilisation et le développement futur du pays.

4 réponses

  1. Avatar de Onsvv
    Onsvv

    Ibrahim Traoré travaille pour le Burkina. Son courage et son intégrité sont appréciés non seulement des burkinabe, mais aussi de l’ensemble du continent africain au point de constituer un cauchemar pour certains qui se remettent difficilement des prouesse de Goita qui a infligé une lourde défaite à la France en prenant Kidal.

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Beninto vi lê, mi tchité.

  3. Avatar de Tchité
    Tchité

    Le 🇧🇫 Burkina, le Mali et le Niger avance et sont sur le point d’ arracher leur vraie indépendance économique, nous, on continue de raconter les bêtises du colon dans nos salles de classe.

  4. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    ce serait bien d’arrêter les annonces et de changer pour de bon,
    maintenant qu’il n’y a plus personne à charger de la responsabilité de vos insuffisances,
    et plus de conférences en Russie pour insulter publiquement les autres présidents africains, en échange de quelques mesures de céréales.

    \\\\.///
    (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *