Un géant africain se tourne vers la Russie malgré les risques de sanctions

L’Afrique du Sud continue de tisser des liens économiques étroits avec la Russie. Sur fond de guerre en Ukraine et de risques de sanctions internationales, le gouvernement de l’ANC a confirmé, le 11 décembre dernier, avoir donné son feu vert à PetroSA, société publique pétrolière, pour s’associer avec GazpromBank, la banque de Gazprom, le gazier russe.

PetroSA s’associe avec GazpromBank

C’est un partenariat qui ne manquera pas de faire parler sur le plan international. En effet, PetroSA, société pétrolière sud-africaine a reçu l’aval du gouvernement pour s’associer avec GazpromBank. Un partenariat qui pourra permettre au géant sud-africain de concrétiser son projet de rénovation de son site de Mossel Bay (dans le sud du pays).

Publicité

Un site qui, lorsqu’il fonctionnait de manière optimale, permettait de transformer le gaz naturel importé, en carburant liquide. 45.000 barils sortaient, chaque jour, de cette usine. Une manière pour l’Afrique du Sud de travailler à renforcer son indépendance énergétique et renforcer ses exportations.

Le rapprochement des Brics se confirme

Le géant français Total lorgne en effet sur le gaz offshore de la région. Malheureusement, l’usine de Mossel Bay n’étant plus en activité depuis 2020, le groupe français était en stand-by. Cette annonce pourrait ainsi relancer les discussions et ouvrir la porte à un second partenariat.

Une manière aussi, comme le confirme la ministre sud-africaine rattachée à la présidence, madame Khumbudzo Ntshavheni, de confirmer le rapprochement entre les pays des Brics. Les prochaines sanctions américaines à l’encontre de GazpromBank ne devraient d’ailleurs avoir aucun impact sur ce partenariat.

Publicité

En outre, toujours dans une démarche de collaboration et d’entraide entre les pays membres de Brics, Moscou a confirmé par l’intermédiaire de deux énormes sociétés (Gazprom et Rostom) être prête à soutenir l’Afrique du Sud face à la crise énergétique à laquelle le pays fait actuellement face.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *