Afrique : le Japon débarque avec 3.5 milliards de FCFA dans ce pays

La Côte d’Ivoire est l’un des plus grands consommateurs de riz en Afrique de l’Ouest. Le pays mobilise un budget phénoménal pour l’importation de la céréale. En 2022 par exemple, la RCI a dédié la somme de 810 millions de dollars (505 milliards de FCFA) pour son programme d’importation de riz. Selon les données de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le pays a acheté 1.56 million de tonnes de riz rien que pour l’année 2022.

La céréale est extrêmement demandée sur le marché et fréquemment, elle est frappée de plein fouet par l’inflation. Importer le riz revient très cher au budget de l’État ivoirien. Du coup, les premières autorités ivoiriennes souhaitent mettre en place un ensemble de mécanismes afin de produire localement du riz de qualité, accessible à l’ensemble de la population. C’est ainsi que la Stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR) a été mise en place dans le but de booster considérablement la production de riz en Côte d’Ivoire.

Publicité

Pour le bon déploiement de cette stratégie, la RCI peut compter sur l’accompagnement du Japon. Durant la période 2020-2030, la nation d’Afrique de l’Ouest compte lancer de nombreux projets rizicoles qui vont permettre de dynamiser des secteurs stratégiques tels que l’irrigation, l’exploitation judicieuse des terrains, la production de semences à haut rendement. Le Japon entend soutenir cette vision des autorités ivoiriennes avec une enveloppe financière.

En effet, le 24 janvier dernier, le gouvernement ivoirien a signé un accord de financement avec le Japon à travers l’Agence de coopération internationale japonaise (JICA). En outre, la JICA va soutenir la Stratégie nationale de développement de la riziculture à hauteur de 3,5 milliards de FCFA (5.3 millions d’euros). Cette contribution nippone va aussi se matérialiser au niveau de l’expertise agricole. La Côte d’Ivoire va recevoir des équipements agricoles de pointe qui vont lui permettre de faire basculer son domaine de la riziculture dans une autre dimension.

D’après Usui Yukichi, le représentant résident adjoint du JICA , les équipements qui seront destinés à la Côte d’Ivoire représentent ce qui se fait de mieux en termes de technologies agricoles. Adama Coulibaly, le ministre en charge des Finances et du Budget, a paraphé l’accord de financement. Il s’est satisfait de ce partenariat avec le Japon et a exprimé la reconnaissance du gouvernement ivoirien à l’endroit du Japon. La RCI possède l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest. Le pays veut devenir à moyen terme l’une des locomotives de l’économie africaine. L’État ivoirien se donne les moyens pour atteindre cet objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *